Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

1er février 2011

Voeux de la sénatrice

Michelle Demessine a présenté cette année ses voeux au Théâtre Sébastopole. Son discours pour la nouvelle année.

Chers Amis,

Merci à vous tous d’être présent ce soir et d’avoir répondu à mon invitation pour venir ici, en toute amitié, débuter cette nouvelle année.

C’est un grand plaisir pour moi de vous retrouver autour d’un moment de convivialité, vous tous, aux horizons très différents avec qui je partage des valeurs, des espoirs, des projets, des responsabilités, des chantiers, quasi au quotidien.

Parlementaire, élue locale, vous le savez mes journées sont longues et denses. Mais, vous savez aussi, que je puise mon énergie, mon enthousiasme auprès de tous ceux qui ont envie que les choses bougent, qui ne croient pas à la fatalité et qui pensent qu’un monde meilleur, plus juste et plus fraternel, une société plus épanouissante pour tous et pour chacun sont possibles. Et cela, même, si des vents contraires soufflent avec puissance.

Je voudrais commencer par remercier mon ami Guy MARSEGUERRA pour m’accueillir au bar du Sébasto, c’est sympa et d’emblée plus festif. C’est aussi l’occasion de rendre hommage aux acteurs culturels, pour la vitalité qu’ils apportent à cette région par leur création et leur combativité pour défendre la culture.

Je voudrais remercier aussi toute mon équipe Patricia, Dorothée, Florian, Aymeric pour l’organisation de ce soir.

Permettez-moi de saluer aussi chacun d’entre vous au travers des liens, des actions, des combats que nous partageons.

Dire que 2010 a été une année chargée n’est pas un euphémisme !

Cette année a été fortement marquée par le combat contre la réforme des retraites que les ¾ des Français refusaient. 7 millions de salariés ont manifesté dans les rues pendant tout l’automne réclamant une autre réforme plus juste. Si ce mouvement a pris fin, ce qui a été semé pendant plusieurs mois n’ pas disparu car on ne gouverne pas impunément contre la volonté du peuple et nul doute que cette mobilisation populaire ne sera pas sans répercussion sur les grandes dates à venir.

Je salue particulièrement les militants, les responsables syndicaux présents ce soir qui viennent rappeler combien nous avions travaillé de concert, avec mes collègues du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, pour que l’enceinte du Sénat résonne bien de l’exigence du mouvement social.

On dit les Français pessimistes, je n’y crois pas. C’est une interprétation de l’ambiance du climat actuel.

Si, au regard d’autres pays, nos concitoyens pointent et déplorent ce qui ne va pas et voit l’avenir sombrement, ils ont raison de le dire car c’est déjà une façon de résister. C’est aussi le signe que, malgré toutes les pressions, les valeurs et principes historiques de notre pays issus du siècle des lumières et de la Révolution Française, et dont s’inspire encore bien des peuples dans le monde, sont encore vivants.

En ce sens, le cri de Stéphane HESSEL « Indignez-vous » est symbolique de cela. Il nous rappelle qu’il n’y a pas que la compétitivité dans la vie et que la prospérité peut naître de la satisfaction des besoins humains. En cela, Il nous rappelle qu’en 1945, la France libérée était exsangue et que c’est avec les grandes conquêtes sociales et démocratiques que notre pays a retrouvé sa place.

Je voudrais aussi saluer tous mes collègues élus de la métropole avec qui j’étais encore samedi dernier sur la place de la République pour défendre nos collectivités menacées par la réforme du Gouvernement. Nous le savons, derrière l’objectif de mettre fin au soi-disant millefeuille administratif, se cache en réalité la volonté de réduire la dépense publique. Après celle de l’Etat avec la RGPP (Réforme Générale des Politiques Publiques), il s’agit maintenant d’imposer une cure d’amaigrissement aux moyens des collectivités.

C’est une menace sérieuse pour les services publics locaux, si précieux pour les habitants et pour le soutien au tissu social et associatif qui font la vie de nos communes.

OUI le service public est menacé avec au 1er rang celui de l’éducation nationale. La situation est grave, les suppressions de postes qui s’accumulent, plus de 6000 dans la région en quelques années aboutit à l’impossibilité aujourd’hui d’accomplir la mission dont ils se sentent professionnellement et personnellement investis : être au service de la Jeunesse et de la République.

Je salue le geste de mon ami Michel Achère, ancien proviseur, qui devant cette inqualifiable dégradation, a décidé de rendre ses palmes académiques en reprenant cette citation d’Abraham Lincoln « si vous trouvez que l’éducation coute trop chère, essayer l’ignorance ! »

2011 sera une année chargée, charnière à bien des égards. Ses premiers jours ont été marqués par la gravité et la tristesse.

La perte de nos 2 jeunes compatriotes Antoine et Vincent a fortement choqué, en particulier dans notre région dont ils sont originaires.

2 jeunes fauchés à l’aube de leur vie, c’est injuste. Encore plus injuste les conditions de leur disparition.

J’étais à Linselles pour les funérailles il y a quelques jours, la douleur est immense pour les familles. Pourquoi sont-ils morts ? Comment sont-ils morts ? Cela s’ajoute à la douleur.

Maintenant l’heure est à la vérité. Cette exigence de vérité qu’attendent les familles et la population, pour ma part je l’ai exprimé au Sénat au sein de la commission des affaires étrangères et de la défense dans laquelle je siège.

Plus largement, il faut s’interroger sur le rôle que joue la France sur la scène internationale. Pourquoi sommes nous devenus une cible ? L’enlisement du conflit en Afghanistan, la situation israélo-palestinienne attisent les tensions. Et la politique étrangère de la France, jadis appréciée, est désormais trop souvent interprétée comme celle de la défense du monde occidental.

Les premiers jours de 2011 ont été marqués aussi par les évènements en Tunisie.

Qui, en effet, pouvait présager qu’un système d’oppression politique, installé depuis des années, allait s’effondrer en quelques jours ?

Le peuple Tunisien vient de faire la démonstration du possible à tous les peuples de cette région du monde dont les régimes autoritaires sont hypocritement tolérés au motif erroné qu’il constitue un rempart contre la menace islamiste.

Le processus démocratique qui s’exerce sous nos yeux par le peuple tunisien, on le voit, n’entend pas se laisser voler sa révolution du Jasmin. Il est porteur d’espoirs et de confiance pour tous ceux qui luttent aujourd’hui pour la justice et la démocratie dans leur pays.

L’heure est encore et toujours à la solidarité car, il faut bien le dire, celle de la France officielle a bien failli, c’est une faute politique et morale qui fragilisera son rôle dans cette région du monde.

2011, j’appelle de mes vœux que ce soit une année de progrès pour la Paix. Car sans la Paix rien n’est possible. Pour la militante que je suis,, la paix c’est la solidarité, le respect, la mise en commun, le partage des valeurs, la fraternité, l’accueil de la différence.

Ce qui me permet la transition avec le sport. D’abord parce qu’il est universel et que face au repli sur soi, nous savons combien le sport favorise la rencontre et la compréhension entre les peuples.

Donc, je voudrais saluer particulièrement ceux qui sont là aussi ce soir et qui, d’une manière ou d’une autre, participe au développement et au rayonnement du sport à Lille et dans la métropole.

D’abord, saluer tous ceux qui à Lille et à la Communauté y travaille avec moi, les élus, les services et les Présidents des Clubs :

  • Saluer Rudi Garcia qui me fait le plaisir d’être là. J’en profite pour lui dire combien nous sommes tous fiers des résultats du LOSC et surtout de l’image qu’il projette, malgré la pression médiatique, faite de sérénité et de modestie.

Sur le plan sportif, l’année 2010 n’a pas été comme toujours de tout repos !

Que de temps passés, de discussions, que de gens à convaincre, que d’obstacles à surmonter pour que tous nos projets voient le jour, pour que les choses avancent et se concrétisent pour que la dimension du sport trouve toute sa place dans les choix politiques.

Mais, finalement, je n’envisage pas l’action sportive autrement.

Vous le savez, le sport reste un univers de passion où le dialogue est indispensable, le combat bien souvent nécessaire, mais où le respect prévaut et où l’ambition se met au service du collectif.

En effet, à l’aube de cette nouvelle année, je ne peux qu’être fière du chemin parcouru, pour que Lille et la métropole se dote d’une politique sportive ambitieuse, qui nous fait rayonner au plan international mais aussi au service de tous.

Car, c’est bien là, la double équation et le leitmotiv qui ne me quitte jamais.

OUI à une politique de grands équipements : OUI au grand stade où le privé prend sa part de risque et où le club apporte toute sa juste contribution au financement, où l’ambition architecturale et l’innovation technologique en font déjà la réputation.

Mais OUI aussi à un grand stade pour tous, accessible, qui se construit dans le dialogue, la persuasion et le respect de son environnement proche.

OUI à des piscines rénovées, à un grand bassin olympique. Mais OUI également au plan piscine qui gomme les inégalités, qui permette à tous les enfants de la métropole de pouvoir équitablement apprendre à nager, faisant de la communauté une métropole modèle sur le sujet en France.

OUI au sport de haut niveau, à nos équipes qui n’ont jamais autant brillées sur la scène française et européenne. Mais OUI également à la formation, à la proximité, au sport de masse, à l’état d’esprit qui laisse l’exploit accessible, à la vertu du modèle, du champion, n’ont pas au travers de sa réussite sociale mais au travers des valeurs qu’il véhicule.

OUI c’est cette ambition partagée pour les valeurs qui nous permet de déplacer les montagnes et d’opérer ensemble, grâce à vos aimables et chaleureuses pressions, un bouleversement dans le paysage sportif en quelques années.

Que ce soit à Lille et sur le territoire métropolitain et jusqu’en 2014, les chantiers s’activent. Ils sont très nombreux, des petits et des grands. J’en ai identifié plus d’une vingtaine, cela met du monde à contribution et je voudrais remercier sincèrement tous ceux qui sont aux manettes car je sais qu’au-delà du caractère professionnel, ils sont aussi entrainés par la passion et le challenge que constitue de tels enjeux.

Voilà, maintenant, je peux, à tous, présenter mes meilleurs vœux pour l’année 2011 sachant qu’elle sera bien remplie.

Qu’elle vous apporte beaucoup de bonheur et de satisfaction pour vous et ceux qui vous sont proches.

Merci de votre attention.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères