Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

5 novembre 2013

Sécurité des lingettes et laits de toilette destinés aux bébés

Michelle Demessine adresse une question écrite à Marisol Touraine sur la sécurité des lingettes et laits de toilette destinés aux bébés suite à une enquête de l’UFC Que Choisir qui y révèle la présence de conservateurs et d’allergènes toxiques.

Madame Michelle Demessine attire l’attention de Madame la ministre des Affaires sociales et de la Santé sur la sécurité des lingettes et laits de toilette destinés aux bébés.

En effet, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir a enquêté sur la présence d’une trentaine de conservateurs et substances allergènes dans 27 lingettes et 7 laits de toilette. Les résultats indiquent la présence de ces molécules dans 94 % des cas. Des allergènes ont été retrouvés en quantités significatives dans 12 lingettes et 2 laits de toilettes. Le phénoxyéthanol, conservateur aux effets toxiques pour le foie et suspecté pour le système reproducteur et le développement, est présent dans pas moins de 14 lingettes et 3 laits de toilette. Enfin, 6 lingettes contiennent des parabènes à longue chaîne, conservateurs suspectés d’être des perturbateurs endocriniens interférant avec le système hormonal et susceptibles d’agir aux stades précoces du développement de l’enfant. Au final, seuls deux produits sur 34 sont exempts des substances recherchées.

Compte tenu des risques induits par ces substances, les experts demandent que des limites plus strictes soient appliquées pour les produits destinés aux bébés. S’agissant du phénoxyéthanol, l’Agence nationale de sécurité du médicament recommande de limiter à 0,4 % la concentration dans les produits destinés aux moins de trois ans, et surtout de le bannir dans les produits destinés au siège. Or, si la moitié des produits testés contiennent ce composé à risque, un quart en renferment plus de 0,4 %. Cette concentration est rendue possible par la réglementation européenne, qui fixe une valeur maximale à 1 % sans tenir compte de l’usage.

Il semble nécessaire de demander aux autorités européennes un renforcement du cadre réglementaire afin de le rendre conforme aux recommandations des experts. Dans l’intervalle, l’utilisation de ces substances dangereuses devrait être interdite dans les formulations destinées à un public particulièrement vulnérable.

Elle lui demande donc quelles mesures le gouvernement entend mettre en œuvre afin d’assurer la sécurité des tout-petits s’agissant des produits d’hygiène.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères