Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

5 décembre 2007

Prime à la délation ou les limites de la politique du gouvernement en matière de sécurité

Les parlementaires communistes fustigent la mise en place d’une prime de quelques milliers d’euros offerte par la police en contrepartie de témoignages qui permettraient de retrouver les auteurs des coups de feu sur les policiers lors des violences à Villiers-le-Bel.

Au-delà des questions éthiques évidentes posées par cette prime à la délation, cette démarche montre clairement les limites de la politique menée depuis 2002 par le gouvernement tant sur le plan économique et social que sur celui de la sécurité.

En supprimant la police de proximité, en la remplaçant par les seuls BAC, CRS et autres GIR qui sont incapables de prévenir le développement d’éventuels trafics, ni de faire la différence entre des jeunes qui discutent simplement en bas d’un bâtiment et les vrais trafiquants, qui n’entretiennent aucune relation de confiance avec les habitants de ces quartiers populaires, en refusant de prendre en compte les souffrances réelles de ces derniers, le gouvernement a largement contribué à la situation que l’on connaît aujourd’hui dans certaines villes.

Dans un tel contexte, Michelle Demessine voit dans l’instauration d’une prime à la délation une dérive à l’américaine qui va rapidement se révéler pour ce qu’elle est : inefficace, contre-productive et dangereuse. Cette démarche qui met en avant l’argent bafoue de surcroît nos principes républicains les plus sacrés et met à mal notre pacte républicain.

Selon l’élue, compte tenu de la situation, il n’est nullement utile d’en rajouter en instituant une telle prime au risque de mettre de l’huile sur le feu à peine éteint, de diviser les populations entre elles, d’entraîner des débordements ou encore des témoignages « bidons » qui compliqueront un peu plus la recherche de la vérité.


Délation

AUTRES ARTICLES :

-

Le diagnostic de la HALDE (haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) est édifiant : taux de chômage de plus de 30%, emploi précaire et peu qualifié, déroulement de carrière quasi nul, refus d’aménagement des postes et fortes inégalités salariales…

-

En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc…

-

La création d’un grand service public de l’habitat est le seul moyen pour que l’Etat reprenne la main sur l’ensemble du dispositif du logement social.

-

Les élus communistes ont pris au mot le slogan du Président de la République et organisé, au mois d’octobre dernier, une grande Marche pour l’Emploi. Objectif : déposer son CV à l’Élysée ! Car pour “travailler plus pour gagner plus” il faut d’abord du travail.

-

A la demande du groupe Communiste, c’est tenu un débat au Conseil de la Communauté Urbaine de Lille, pour engager une réflexion autour de la stratégie économique de la métropole lilloise ?

-

Michelle Demessine : « Comme les beffrois hier, comme Euralille aujourd’hui, cette grande arène multifonctionnelle aura vocation de devenir le signal fort de l’identité de la métropole lilloise »




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères