Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

9 juillet 2009

Prévention des accidents de la vie courante

Mme Michelle Demessine attire l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur la question de la prévention des accidents de la vie courante en France.

Avec 11 millions d’accidents, 20 000 décès et 4,5 millions de blessés chaque année, les accidents de la vie quotidienne représentent un fléau bien plus meurtrier que l’insécurité routière (4 443 tués en 2008), endeuillant nombre de familles et détruisant des vies entières. Pourtant, aucune action des pouvoirs publics n’est encore intervenue pour tirer les conséquences de ces statistiques dramatiques. Le 16 juin dernier, la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) officialisait, avec d’autres institutions, la charte de prévention des accidents de la vie courante.

Nombre de professionnels, d’associations telles que l’UFC-Que Choisir, et d’institutions ont désigné cette charte, dont le principal objectif est d’obtenir la reconnaissance de la prévention de ces accidents comme grande cause nationale. L’exemple des pays du nord de l’Europe montre qu’il est possible de diviser par trois le nombre de blessés graves liés aux accidents de la vie quotidienne grâce à de telles campagnes.

Le statut de grande cause nationale implique, en effet, la gratuité des campagnes d’information grand public. Une politique centralisée de prévention des accidents de la vie courante permettrait d’améliorer la sécurité des biens et des services, d’informer nos concitoyens sur les risques encourus, et enfin, de former les professionnels concernés et de les sensibiliser à cette question. Une telle politique permettrait de faire significativement reculer la mortalité induite par les accidents domestiques. Cette démarche a d’ailleurs déjà prouvé son efficacité en matière de sécurité routière (12 000 vies épargnées entre 2002 et 2008).

Elle lui demande donc de bien vouloir lui indiquer ce que le Gouvernement compte faire pour répondre à ce problème, et notamment s’il ne serait pas opportun de déclarer les accidents de la vie courante comme grande cause nationale 2010.


AUTRES ARTICLES :

-

Après sept ans d’action en faveur des victimes de l’amiante, l’ADAVAMAS devient le Collectif d’accompagnement et de prévention des risques amiante et monte à Roubaix une véritable « plate-forme » de prise en charge des malades et de ceux qui ont été exposés au matériau cancérigène.

-

Notre système de production soumis à la logique de financiarisation extrême de l’économie libérale conduit à une véritable mise en danger des hommes et des femmes au travail de notre pays…

-

En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc…

-

Le PLFSS 2008 s’inscrit dans l’accélération sans précédent de la politique antisociale du gouvernement. Il constitue le deuxième étage de la fusée, le troisième étant attendu pour l’après municipales ! C’est un budget d’attente.

-

L’ampleur du désastre et l’absence de mesures en faveur d’une réelle politique de prévention de la part des entreprises comme de l’Etat, nous autorisait à attendre de cette mission un éclairage sans faille sur ce qu’il faut bien qualifier de crime sociétal, mais également des propositions fortes de transformation de notre système de santé au travail.

Dossier Santé

Dossier Santé




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères