Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

28 septembre 2007

Prévention de l’obésité infantile

Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports

Mme Michelle Demessine souhaite rappeler l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur les risques de développement de l’obésité infantile du fait des publicités télévisées.

Depuis de nombreuses années les études des l’Inserm, de l’Afssa et les enquêtes de l’UFC-Que choisir nous alertent sur la dangerosité de la sur-médiatisation des produits les plus gras et les plus sucrés notamment en direction des enfants.

Malgré l’ajout de messages sanitaires sur les publicités des produits alimentaires transformés depuis 2004, la France compte 8 millions de personnes obèses et 400 000 supplémentaires par an. Ces chiffres alarmants posent la question de l’efficacité des dispositifs de prévention de l’obésité et particulièrement celle de l’encadrement des publicités alimentaires.


L’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments)
L’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments)

Les enfants sont manifestement les victimes avérées de ce harcèlement nutritionnel lors des émissions qui leur sont dédiées, et par nature, les messages sanitaires qui y sont joints ne peuvent être opérants sur un tel public.

Il en résulte, selon les diverses études parues, que 30% des enfants les plus soumis à la publicité sont également ceux dont l’alimentation est la plus déséquilibrée et que les catégories sociales les plus défavorisées restent les plus exposées au risque d’obésité.

Elle lui demande en conséquence de bien vouloir lui indiquer quelles mesures le Gouvernement envisage de prendre afin que les recommandations de l’Afssa et de l’Inserm sur l’encadrement des publicités alimentaires soient pleinement mises en œuvre dans le cadre d’une politique globale de prévention de l’obésité.




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères