Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

19 mars 2015

Les retraités condamnés à financer l’adaptation de la société au vieillissement

Le Sénat vient d’adopter le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement. Si le débat fut riche et constructif, avec mes collègues Communistes Républicains et Citoyens, nous regrettons que le gouvernement s’obstine à vouloir faire financer les mesures d’adaptation de la société au vieillissement par les seuls retraités !

Le texte prévoit 645 millions d’euros en faveur de la prévention de la perte d’autonomie, de l’adaptation des logements et de l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie qui seront prélevés sur les pensions des retraités via la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie.

Notre groupe s’est toujours opposé à cette taxe qui pèse à 0,3% sur les pensions des retraités imposables, alors même que les retraités subissent le gel des retraites et une précarisation de leurs conditions de vie.

Nous mesurons les avancées en faveur des familles et des acteurs du secteur mais elles sont largement insuffisantes par rapport aux besoins réels, d’autant que certaines problématiques comme celle des EHPAD ont été exclues de ce texte.

Avec les sénatrices et sénateurs Communistes Républicains et Citoyens, nous avons défendu des mesures de justice sociale comme l’instauration d’une contribution de solidarité des actionnaires (CASA-ACT) pour le financement de l’adaptation de la société au vieillissement.

Notre amendement prévoyait de mettre à contribution les dividendes versés aux actionnaires à hauteur de 0,3 % ce qui aurait permis de récupérer 600 millions d’euros pour la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Nous nous sommes abstenus sur ce projet de loi qui manque d’ambition et de moyens pour répondre aux défis de vieillissement.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères