Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

8 décembre 2016

Le délit d’entrave numérique à l’IVG : Une avancée pour le droit des femmes !

Michelle Demessine, avec les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, a soutenu la proposition de loi visant à étendre le délit d’entrave à l’IVG au domaine numérique, qui a été adoptée, ce jour par le Sénat.

L’objectif est de mettre fin aux pratiques de certains sites internet, qui prétendent être officiels, et qui en réalité, veulent dissuader, culpabiliser les jeunes filles et femmes.

Ces sites sont le versant numérique des commandos anti-IVG, qui, pour des raisons morales, s’opposent au droit à l’IVG, chèrement acquis.

Ils sont volontairement malhonnêtes, en diffusant des informations non fiables, biaisées, voire fausses, de nature à semer le trouble dans l’esprit des jeunes filles.

La liberté d’expression et d’opinion doit être évidemment garantie, et la rédaction de la proposition de loi y veille. L’argument de ces opposants ne tient donc pas, et est, au contraire, le prétexte à remettre une nouvelle fois en cause le droit à l’IVG.

En France, comme ailleurs dans le monde, ce droit est sans cesse attaqué. La sénatrice Laurence Cohen, pour le groupe Communiste, Républicain et Citoyen, a notamment rappelé que 130 centres IVG ont fermé en dix ans et que nombre de plannings familiaux disparaissent, faute de financement.

Elle a également avancé la nécessaire constitutionnalisation de ce droit à l’IVG, pour définitivement le garantir, comme droit inaliénable des femmes.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères