Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

29 janvier 2016

Sécurité dans les transports collectifs : une privatisation de l’ordre public

La proposition de loi socialiste relative à la sécurité publique, la lutte contre le terrorisme et la fraude a été adoptée hier par le Sénat. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, ce texte privatise les pouvoirs régaliens de l’Etat en transférant les missions de maintien de l’ordre public de la police et de la gendarmerie nationale vers les personnels de sécurité de la SNCF et de la RATP.

Le texte renforce l’arsenal répressif : fouilles, palpations, contrôles d’identité, détentions administratives, alourdissement des sanctions, fichage généralisé mais reste silencieux sur la nécessité de renforcer les investissements dans le matériel roulant, la rénovation des infrastructures, et le renforcement des effectifs.

Encore une fois, droite sénatoriale et gouvernement se sont joints pour faire adopter un texte répressif et régressif. Parce que les questions de sécurité et de fiabilité des transports collectifs sont essentielles, avec mes collègues sénatrices et sénateurs du groupe Communiste Républicain et Citoyen, nous avons au contraire voté contre cette surenchère sécuritaire au service d’une politique anti-fraude agressive et peu respectueuse des libertés collectives et individuelles.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères