Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

20 avril 2011

Plus de moyens pour le Centre Hospitalier de Roubaix !

Michelle Demessine écrit à Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, à propos du Centre Hospitalier de Roubaix.

Monsieur le Ministre,

Je tiens à vous alerter sur la situation délicate dans laquelle se trouve le Centre Hospitalier de Roubaix.

La direction de l’hôpital et ses salariés sont entrés, depuis plusieurs mois, dans un conflit où le dialogue social est fortement dégradé voire inexistant alors que cet établissement doit, depuis août 2010, faire face à un plan de retour à l’équilibre financier.

Après avoir subi des suppressions d’emplois et la fermeture de certains services, les salariés craignent que derrière ce plan se cache la suppression de près de 200 personnes soit quasiment la moitié du personnel de l’établissement.

Cette solution purement comptable pour retrouver l’équilibre dans les comptes du Centre Hospitalier de Roubaix serait inacceptable.

Les personnels de santé ont beau multiplier leurs heures supplémentaires, pour pallier au manque d’effectif dont souffre l’hôpital, leurs conditions de travail sont devenues si intenables que bon nombre d’entre eux sont contraints à des arrêts maladies. Une nouvelle diminution de ses effectifs viendrait empirer une situation dont les premières victimes sont, aussi, les patients qui subissent du même coup une dégradation de la qualité des soins qui leur sont dispensés.

Quant à la maternité Paul Gellé qui fait partie de ce Centre Hospitalier de Roubaix, bien qu’elle soit la plus grande de la région avec 3000 naissances par an, elle apparait comme particulièrement vétuste, insalubre et ne répondant pas aux normes de sécurité. L’un de vos prédécesseurs au Ministère de la Santé, Monsieur Philippe Douste-Blazy avait, il y a déjà 5 ans, promis un nouvel établissement qui n’a pour l’heure pas vu le jour.

Alors qu’en France sur les 45 millions de personnes hospitalisées chaque année, l’hôpital public en accueille 57% et les cliniques 34%, le glissement de la prise en charge des patients de l’hôpital public vers les cliniques privées serait plus inconcevable à Roubaix que partout ailleurs. Dans cette ville qui est statistiquement la plus pauvre de France et où le chômage culmine aux alentours de 21 %, cela priverait bon nombre de ses habitants de l’accès aux soins.

Je vous sollicite donc afin que l’Etat intervienne financièrement en faveur du CHU de Roubaix pour que l’avenir de la mission de service public qu’il remplit ne soit pas définitivement compromis.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle DEMESSINE, Sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères