Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

4 novembre 2006

Les raisons d’une panne d’électricité

Le groupe communiste du Sénat a obtenu la création d’une mission d’information sur les causes de la panne d’électricité du 4 novembre, illustration des risques liés à la libéralisation. Pourquoi plus de 15 millions de foyers européens, principalement en France, ont-ils été brutalement privés d’électricité le 4 novembre dernier ?


La faute à l’un des gestionnaires du réseau allemand, EON, qui s’est montré incapable d’enrayer une surchauffe locale qui a finalement dégénéré en un incident majeur touchant les abonnés de six pays européens. Bien que totalement vérifiées, ces explications techniques demeurent insuffisantes. Livrées par l’UCTE, l’Union pour la coordination du transport d’électricité, à la demande de la Commission européenne, elles ne s’interrogent pas sur les conséquences de la libéralisation du secteur de l’énergie.

Il est nécessaire d’aller plus loin, estiment au contraire Michelle Demessine. Ainsi, les élus du groupe communiste ont demandé la création d’une commission d’enquête sur les causes de la panne et sur « l’état de la sécurité d’approvisionnement en France dans le cadre des politiques européennes d’ouverture à la concurrence du secteur énergétique ».

Mais le sujet n’a pas été jugé assez « sensible » par la majorité sénatoriale. A défaut, les sénateurs UMP ont finalement concédé la création d’une mission d’information, au pouvoir d’investigation nettement moins important. Une décision que regrettent les sénateurs communistes car « elle prive le Parlement d’un outil efficace pour accomplir sa mission de contrôle ». Ils ont néanmoins décidé de s’impliquer pleinement dans cette mission.

Il est primordial de s’interroger sur l’influence de la mise en place de la libéralisation du marché de l’énergie à l’échelle européenne. Libéralisation qui est beaucoup plus avancée dans d’autres pays que la France.

Les critères de marché génèrent des flux supplémentaires sur le réseau électrique européen. Il reste à déterminer si ces flux ont contribué à une aggravation de l’incident. » Avant les logiques de libéralisation, l’interconnexion des réseaux européens d’électricité était en effet motivée par des considérations de sécurité et de solidarité.

Désormais les logiques commerciales rendent difficiles ces coopérations, comme le note d’ailleurs l’UCTE. La mission d’information doit en principe rendre ses conclusions au cours du mois de juin 2007.


AUTRES ARTICLES :

-

Au 1er juillet, chaque usager pourra soit garder l’offre EDF au tarif administré (encadré par le gouvernement), soit choisir une offre de marché (dont le prix est fixé selon les mécanismes de l’offre et de la demande). ATTENTION AU PIEGE !

-

Le gouvernement UMP-UDF a souhaité privatiser GDF en fusionnant l’entreprise publique avec SUEZ. La privatisation et la déréglementation du marché n’entraîneront que de nouvelles hausses de tarif comme au Danemark (+91,5%) et au Royaume-Uni (+80,7%).

-

Les privatisations et les déréglementations sectorielles des marchés de l’énergie, des télécommunications, des services postaux et des transports, impulsées par l’Europe, ont fait pénétrer le marché dans le champ de ces services essentiels…

Dossier Energies

Dossier Energies




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères