Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

7 décembre 2016

La Poste : l’AMF ne doit pas signer le nouveau contrat de présence postale territoriale

Lors de la conférence de presse organisée ce matin au Sénat, Michelle Demessine, avec les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste, République et Citoyen, a demandé à l’Association des Maires de France de refuser de signer le nouveau contrat de présence postale territoriale 2017-2019 porteur d’une accélération du démantèlement du service public postal.

Le bureau de l’AMF doit en effet se prononcer demain matin sur ce nouveau contrat triennal.

Michelle Demessine, avec les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste, République et Citoyen, appelle à une « mise sous protection citoyenne » des bureaux de poste, plus de 250 étant menacés de fermeture par ce nouveau plan. Cette action s’inscrit dans le combat mené par l’intersyndicale réunissant SUD-PTT, L’Unsa-Poste, et la CGT-FAPT et les mobilisations conduites par la Convergence Services Publics. Nous dénonçons la suppression du verrou démocratique que constituait l’accord préalable des conseils municipaux à toute fermeture d’un bureau de poste sur leur territoire. Le futur contrat prévoit de supprimer cet accord pour le remplacer par un simple avis du Maire.

Retards dans la distribution de courrier, réductions des amplitudes horaires d’ouverture pour les usagers, dégradation des conditions de travail des agents et personnels, à l’inverse de la dynamique impulsée par la direction et l’État, le service public de La Poste doit être modernisé en faveur d’une « rentabilité sociale » et non seulement financière ! C’est ce que Michelle Demessine, avec les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste, République et Citoyen, portera demain lors du débat sur l’avenir et la situation de La Poste qui aura lieu à leur demande en séance publique au Sénat à 15h.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères