Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

23 janvier 2013

Il faudra plus d’ambition encore pour refonder l’école de la République

Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République présenté ce matin en Conseil des ministres affiche de grands objectifs que les sénateurs Communistes Républicains et Citoyens partagent : recrutement d’enseignants, priorité au primaire, réaffirmation du rôle de la maternelle, scolarisation des moins de 3 ans, réaffirmation du collège unique, création d’écoles supérieures du professorat pour la formation des enseignants. Mais ce projet de loi, en l’état, risque d’échouer dans la concrétisation de ses ambitions : refonder l’école pour faire reculer l’échec scolaire et favoriser la réussite de tous les élèves.

Ce texte réaffirme l’importance du collège unique mais maintient l’individualisation des parcours. Il supprime les dispositifs d’apprentissage précoce à 14 ans mais les conserve à 15 ans, soit avant la fin de la scolarité obligatoire. Il affirme l’importance de l’éducation artistique et culturelle sans préciser la part dévolue au scolaire et au périscolaire.

Il crée des Ecoles supérieures du professorat et des métiers de l’éducation, mais sans en préciser les modalités ni surtout mettre en place de véritable pré-recrutements pour faire face à la crise du vivier de recrutement et refonder le métier d’enseignant.

Quant au transfert aux Régions de la maîtrise de la carte des formations professionnelles initiales, il s’inscrit dans une territorialisation de l’éducation nationale que nous refusons. Ce choix répond à une logique d’adaptation des formations aux bassins d’emplois et fait fi de l’exigence indispensable d’élévation du niveau des connaissances pour tous.

Enfin de grands absents : l’orientation scolaire - cela confirme-t-il son transfert envisagé aux Régions, via la décentralisation des CIO, de leurs directeurs et des COPsy ? ; les autres personnels d’éducation, d’encadrement, administratifs, médico-sociaux et de service ; le lycée ; l’enseignement agricole.

Quant à l’enseignement professionnel il n’est abordé que par sa seule dévolution aux Régions.

Pour refonder l’école et donc reconstruire le service public national d’éducation fondé sur le principe que tous les élèves sont capables d’apprendre, les sénateurs Communistes Républicains et Citoyens seront donc force de propositions dans le travail parlementaire qui s’ouvre.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères