Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

23 janvier 2014

Encore une occasion ratée de s’unir pour sauver l’hôpital public !

Le Sénat vient de rejeter la proposition de loi que nous avons déposée avec mes collègues du groupe communiste républicain et citoyen visant à instaurer un moratoire sur les fermetures d’établissements de santé ou leur regroupement.

Cette proposition de loi faisait suite au constat d’une dégradation de la situation des hôpitaux publics, tant en termes de conditions de travail que d’accueil des patients, et constituait une réponse pour mettre fin à l’hémorragie des fermetures de services médicaux, des urgences et de maternités notamment.

Pourtant, de nombreuses personnalités, professionnels de santé et usagers, se sont mobilisés pour cette proposition de loi en signant une pétition de soutien et ces dernières années, de nombreux parlementaires, de tout bord politique, se sont battus au niveau local pour empêcher des fermetures de services hospitaliers sur leur territoire.

Nous nous étonnons donc du rejet de cette proposition de loi avec 34 votes pour et 310 contre.

Ce rejet est lourd de conséquences pour les territoires et les populations. Les fermetures de services, d’établissements et des maternités de proximité ainsi que des centres d’IVG remettent en cause l’égalité d’accès et la qualité de soin pour toutes et tous. Une nouvelle fois, le Sénat, pourtant majoritaire à gauche, a préféré faire primer les économies et les règles comptables sur les besoins essentiels des femmes et des hommes.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères