Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

8 juin 2011

Elections sénatoriales : le choix de la solidarité !

Le 25 septembre prochain, à l’occasion des élections sénatoriales, Michelle Demessine conduira une liste de rassemblement, "l’Humain d’abord", avec Eric Bocquet, maire de Marquillies et vice-président de l’association des communes rurales du Nord, pour continuer à mener les combats qu’elle invoque dans cet édito

Depuis quatre ans, les mauvais coups contre les salariés et les personnes les plus modestes, s’accumulent : allongement de l’âge de la retraite, déstructuration de services publics comme la Poste, hausse des prix, démantèlement de la protection sociale et de la santé publique, à commencer par l’hôpital. La crise économique et financière a encore aggravé la situation, d’autant que, sous la houlette de l’Union européenne et du FMI, c’est aux salariés que le gouvernement fait payer la note, quand les multinationales reversent des dividendes par milliards à une poignée d’actionnaires.

Dans notre région, 40 000 emplois ont disparu en deux ans et 11% des Nordistes n’ont que le RSA pour survivre. Ici plus sûrement qu’ailleurs, nos concitoyens ont besoin de collectivités locales fortes et de services publics de proximité. Pourtant, ces dernières années, la marge de manœuvre des élus locaux s’est considérablement amoindrie par l’effet cumulé de la suppression de la taxe professionnelle, du gel des dotations pour 3 ans et de la réforme des collectivités locales. Le gouvernement, avec ces mesures, veut placer les collectivités sous la contrainte budgétaire de l’Etat en remettant en cause la décentralisation qui a pourtant permis d’émanciper les collectivités de la tutelle étatique notamment en leur accordant la maitrise souveraine de l’outil fiscal.

Quant à la réforme territoriale, elle porte en germe le démantèlement de notre administration locale et des services publics locaux. Elle s’est faite sans concertation avec les élus locaux qui expriment aujourd’hui des inquiétudes profondes, notamment vis-à-vis du schéma de coopération intercommunale dont l’objectif affiché est de réduire de 48 à 18 le nombre d’intercommunalités dans le Nord. Au cours des réunions d’échanges que j’ai menées à travers le Nord ces derniers mois, les centaines d’élus que j’ai rencontrés m’ont fait part à la fois de leurs inquiétudes sur les conséquences de cette réforme et sur le manque ahurissant d’informations transmises par le gouvernement alors qu’ils sont pourtant concernés au premier chef.

Avec mes collègues du groupe des sénateurs Communistes et du Parti de Gauche, nous avons défendu la solidarité entre les territoires et fait le choix de rompre avec le libéralisme destructeur. Nous avons relayé dans l’hémicycle les colères et les espoirs populaires. Nous nous sommes faits les porte-parole fidèles des préoccupations des élus, de leurs attentes et de leurs propositions.

Vous le savez, le 25 septembre prochain, le Sénat sera renouvelé pour moitié. C’est l’occasion de mettre un coup d’arrêt à cette politique insupportable pour l’immense majorité des Français et des collectivités. Avec mon ami Eric Bocquet, maire de Marquillies et vice-président de l’association des communes rurales, nous conduirons une liste de rassemblement lors de ces élections sénatoriales, pour qu’au cœur des projets politiques soit mis, non plus la compétitivité, mais du lien et de la solidarité entre les territoires et les individus. J’aurai ainsi l’occasion de solliciter à nouveau votre confiance.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères