Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

1er juillet 2007

EDF - Attention à l’ARNAQUE du 1er juillet - Restez branchés « Service public »


Au 1er juillet, chaque usager pourra soit garder l’offre EDF au tarif administré (encadré par le gouvernement), soit choisir une offre de marché (dont le prix est fixé selon les mécanismes de l’offre et de la demande). ATTENTION AU PIEGE !

A cette fin une vaste opération de séduction est engagée qui vous présente une offre alléchante afin de vous inciter à quitter la fourniture par EDF au tarif service public régulé par l’Etat. Si vous quittez le tarif actuel du service public (Tarif régulé), les publicités vous disent que vous paierez votre électricité moins cher. Ce sera peut-être le cas la première année, mais ensuite ?

Voici un documentaire signé Gilles Balbastre expliquant le pourquoi du comment de la libéralisation d’EDF : EDF, les apprentis sorciers



Un exemple éloquent :

l’ouverture du marché de l’électricité pour les clients professionnels opérée à partir d’avril 2001. Pour la période qui va de cette date à avril 2006, la hausse des prix a été de 75,6 % pour ceux qui avaient fait le choix de quitter le tarif administré. Pour ceux qui avaient fait le choix de rester au tarif « service public », les prix ont suivi l’inflation soit +11%. Or, il vous faut savoir que vous n’aurez plus aucune possibilité de retour au tarif régulé, si vous choisissez de changer, le changement est irréversible ! Ils ne s’y sont pas trompés : 85 % des industriels défenseurs de la loi du marché, sont restés au tarif régulé.

Eviter le piège !

Si vous décidez de souscrire à une offre de marché, et de quitter le tarif administré, il ne vous est plus possible de revenir au tarif pour ce même logement. Les occupants suivants du logement ne pourront pas non plus prétendre au tarif administré par l’Etat. Pire, certains se sont fait piéger sans le savoir, en acceptant des offres de prix alléchantes proposées par simple démarchage téléphonique, les condamnant définitivement aux tarifs déréglementés sans possibilité de retour aux tarifs réglementés par l’état.

Si vous ne faites aucune démarche vous garderez le tarif administré proposé par l’opérateur historique EDF. C’est ce que nous vous conseillons. Avec le service public l’énergie n’est pas une marchandise comme une autre, c’est un droit et l’égalité d’accès est assurée à toutes et tous où que l’on soit sur le territoire.

Attention !

Ne répondez ni aux courriers même les plus anodins ni aux démarchages téléphoniques ni aux offres alléchantes quel que soit les opérateurs (les sociétés) qui vous contactent y compris EDF et GDF dont les directions vont chercher à vous piéger pour vous sortir du tarif réglementé auquel vous avez droit actuellement !

Marcel Boiteux - Président d’honneur d’EDF :

« Il ne s’agit plus d’ouvrir la concurrence pour faire baisser les prix, mais d’élever les prix pour permettre la concurrence... » - revue Futuribles (Juin 2007)


Dossier Energies

L’hypocrisie des sénateurs de l’UMP à propos des tarifs réglementés d’EDF

— Par le groupe CRC - 01 Octobre 2007

Le Sénat examine aujourd’hui une proposition de loi visant à permettre à certains consommateurs, sous des conditions, restrictives de retourner aux tarifs réglementés de l’électricité et du gaz et seulement jusqu’en 2010. Il semblerait que quelques sénateurs de la majorité parlementaire tentent difficilement de trouver des garde-fous à la loi organisant la libéralisation totale du marché de l’énergie, texte pourtant voté par cette même majorité il y a à peine un an.

Les sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen attirent l’attention des consommateurs sur les dangers persistants d’une hausse de leur facture énergétique s’ils quittent les tarifs régulés.

Ils espèrent que cette initiative ne constitue pas une manœuvre afin de satisfaire les intérêts d’opérateurs privés inquiets du faible nombre de contrats conclus, en rassurant les consommateurs et en les incitant à rejoindre les tarifs libres.

Enfin, ils estiment que les mesures proposées restent insuffisantes et ne règlent en rien la question fondamentale du maintien des tarifs réglementés. Ils considèrent que seule une maîtrise publique du secteur énergétique sera en mesure de protéger efficacement nos concitoyens contre une hausse abusive des tarifs et de garantir l’indépendance énergétique de la France.

C’est pourquoi ils demandent que cette proposition soit accompagnée d’une renégociation des directives communautaires relatives au secteur de l’énergie et que EDF et GDF fusionnent dans un grand pôle public de l’énergie.


AUTRES ARTICLES :

-

Le gouvernement UMP-UDF a souhaité privatiser GDF en fusionnant l’entreprise publique avec SUEZ. La privatisation et la déréglementation du marché n’entraîneront que de nouvelles hausses de tarif comme au Danemark (+91,5%) et au Royaume-Uni (+80,7%).

-

Le groupe communiste du Sénat a obtenu la création d’une mission d’information sur les causes de la panne d’électricité du 4 novembre 2006, illustration des risques liés à la libéralisation. Pourquoi plus de 15 millions de foyers européens, principalement en France, ont-ils été brutalement privés d’électricité ?

-

Les privatisations et les déréglementations sectorielles des marchés de l’énergie, des télécommunications, des services postaux et des transports, impulsées par l’Europe, ont fait pénétrer le marché dans le champ de ces services essentiels…

Dossier Energies

Dossier Energies




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères