Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

20 avril 2011

Avec le gel des salaires , l’attitude du gouvernement à l’égard des fonctionnaires tourne à l’acharnement

Suite à la rencontre salariale annuelle entre les syndicats et les ministres du Budget et de la Fonction Publique, la politique de rigueur budgétaire devrait peser une nouvelle fois sur les fonctionnaires avec le gel de leurs salaires pour la deuxième année consécutive.

Après l’augmentation de leurs cotisations retraites de 7,85% à 10,55% et le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, l’action du gouvernement contre le service public et ses agents tourne à l’acharnement.

Ces attaques répétées contre la fonction publique sont d’autant plus insupportables que la revalorisation des services publics constituerait une réponse efficace à la crise économique que nous traversons et aux désastres sociaux qu’elle engendre.

Quant aux fonctionnaires, ils payent le prix fort de sacrifices pour les finances publiques que sont les cadeaux fiscaux consentis aux plus riches.

Face à l’augmentation spectaculaire des prix en 2010 notamment ceux de l’énergie, le pouvoir d’achat des fonctionnaires va encore diminuer un peu plus à l’heure où la plupart des français vivent dans un contexte généralisé de crainte d’effondrement de leur niveau de vie.

Pour faire face à cette hausse des prix, pour une meilleure reconnaissance du travail des fonctionnaires et une meilleure attractivité de la fonction publique, je me joins donc à la demande des organisations syndicales qui réclame de longue date une augmentation conséquente du salaire des fonctionnaires.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères