Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

7 décembre 2011

Le Sénat de gauche rompt avec la logique d’austérité du Gouvernement

Pour la première fois depuis longtemps, avec mes collègues du groupe communiste, républicain et citoyen votera en faveur d’un texte de loi de finances, après l’avoir largement amendé par la majorité sénatoriale de gauche.

Alors que la crise frappe durement l’emploi, le pouvoir d’achat, les familles, la loi de finances proposée par le Gouvernement ne faisait qu’enfoncer le pays dans la récession et l’austérité pour le plus grand nombre sans s’attaquer aux causes réelles des difficultés que le pays rencontre.

Dans ces conditions, en amendant le projet de loi de finances, la majorité de gauche a permis de faire progresser le rendement de l’impôt sur les sociétés de 20 milliards d’euros, celui de l’imposition des patrimoines de 2 milliards, celui de l’impôt de solidarité sur la fortune de 2 milliards aussi, celui de l’impôt sur le revenu des plus aisés de 3 milliards.

Nous avons ainsi fait la démonstration que d’autres choix étaient possibles, que des ressources nouvelles pouvaient être dégagées.

Avec le même souci d’efficacité et de justice, la majorité de gauche a voté contre l’adoption d’un grand nombre de crédits, totalement insuffisants pour répondre aux besoins d’un nécessaire développement des services publics.

Ce débat budgétaire 2012 permet de montrer qu’il est possible de rénover l’action publique en lui redonnant tout son sens au service des citoyens, de la croissance et du pays.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères