Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

5 juillet 2012

Séquelles de la guerre chimique au Vietnam de 1961 à 1971

Michelle Demessine interpelle le gouvernement pour qu’il augmente sa contribution visant à panser les plaies toujours vivaces de la guerre chimique au Vietnam de 1961 à 1971

Mme Michelle Demessine appelle l’attention de M. le ministre des affaires étrangères sur les terribles séquelles de la guerre chimique qu’a subi la République socialiste du Vietnam. En effet, de 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé sur la partie Sud de ce pays 80 millions de litres de défoliants, dont le tristement célèbre Agent orange qui contenait de la dioxine. Cette guerre chimique a entrainé des conséquences dramatiques qui perdurent. C’est un désastre environnemental immense et une catastrophe humanitaire aux multiples aspects : économique, sanitaire et socioculturel. Elle touche maintenant la quatrième génération de la population du Vietnam. Bien qu’il ne soit plus désormais classé dans les pays « pauvres », le Vietnam, avec un PIB égal à 3% de celui de la France, ne peut évidemment faire seul face à cette situation. Les Etats-Unis, et les entreprises qui ont fabriqué et vendu ces produits hautement toxiques, refusent de reconnaitre leurs responsabilités et de dédommager ce pays et ses habitants. L’aide de différentes organisations non gouvernementales est précieuse mais bien loin du compte.

Le 16 juin 2010 à Hanoi le Dialogue Group Etats-Unis Vietnam avait lancé un appel à financer un plan d’aide humanitaire de 300 millions de dollars en 10 ans, qui s’adresse au gouvernement américain en premier lieu, mais aussi à tous les pays. Les Etats-Unis ont versé 30 millions de dollars en 2 ans. D’autres pays, le PNUD, l’UNESCO, se sont joint à ce projet. Elle lui demande, en conséquence, quelle pourrait être maintenant la contribution de la France à ce plan, compte tenu des liens tout particuliers qui existent entre notre pays et le Vietnam.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères