Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

23 mars 2010

Pour une France à l’initiative du désarmement nucléaire de la planète

Dans le cadre du débat relatif au désarmement, la non prolifération nucleaire et la sécurité de la France, Michelle Demessine intervient au nom du groupe communiste devant le Sénat

Je me félicite tout d’abord que ce débat consacré au désarmement, à la non-prolifération et à la sécurité de la France se tienne cet après-midi dans notre assemblée. Il me semble en effet que c’est la première fois, depuis la création de notre force de frappe nucléaire, que se déroule, en séance publique, un débat parlementaire sur ces questions fondamentales que sont la doctrine de la dissuasion nucléaire et la politique de désarmement de la France. Le contexte international et l’actualité s’y prêtent tout particulièrement. J’y reviendrai dans quelques instants. Auparavant, il est à mon sens nécessaire, bien que notre débat de cet après-midi concerne le nucléaire et la sécurité de la France, d’élargir quelque peu notre vision des choses. En effet, l’arme nucléaire dans le monde d’aujourd’hui ne joue plus le même rôle « structurant » des relations internationales qu’avant la chute du mur de Berlin. A l’heure actuelle, parler de désarmement, à la fois nucléaire et conventionnel (sans passer outre la spécificité de l’arme nucléaire, arme « absolue » de destruction massive, n’oublions pas la nécessité d’un désarmement conventionnel, parce que la paix et la sécurité ont besoin d’un véritable effort de démilitarisation), parler de désarmement donc, ne peut plus se faire sans parler également des logiques de guerres, sans prendre en compte la persistance des conflits dans le monde, en Afhganistan notamment, où la France est directement impliquée. On ne peut pas fragmenter la paix. Je n’ai pas dans mon intervention le temps d’approfondir en ce sens, mais je tiens à ce que nous ayons à l’esprit dans nos réflexions et nos discussion, ce lien fondamental entre désarmement et conflits.

Pour revenir à l’actualité nucléaire précisément : le projet de désarmement nucléaire relancé dans son discours de Prague en avril 2009 par le président des Etats-Unis, la résolution 1887 votée à l’unanimité des membres du Conseil de sécurité et la reprise des négociations « post-START » entre les américains et les russes, ont incontestablement créé un climat plus favorable pour aborder ces questions. Enfin l’actualité, avec la récente conférence ministérielle tenue à Paris sur la sécurisation des exportations de technologie nucléaire civile, la prochaine conférence de Washington en avril sur la sûreté nucléaire, et surtout, en mai à New York, la huitième conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire, tout cela ne peut qu’inciter les parlementaires que nous sommes à exprimer publiquement leurs réflexions et leurs propositions sur ce grand sujet de société. Je regrette toutefois que la conférence des présidents n’ait pas saisi cette occasion pour inscrire à l’ordre du jour la proposition de résolution sénatoriale présentée par mon groupe et précisément consacrée aux initiatives que pourrait proposer notre pays lors du réexamen du TNP. Néanmoins, l’excellent et très approfondi rapport fait au nom de notre commission par notre collègue Jean-Pierre Chevènement, fournit une base d’informations et de propositions qui, même si, nous ne les partageons pas toutes, nourriront très utilement notre débat de ce soir.

Ceci étant, bien que le climat soit plus propice à des discussions internationales sur le désarmement nucléaire, les obstacles pour atteindre cet objectif restent nombreux. En 2005, la précédente conférence d’examen du TNP avait échoué faute de consensus avec les pays non-dotés de l’arme nucléaire sur la façon d’empêcher la prolifération de ce type d’armes. Prenant notamment la situation au Moyen-Orient pour exemple, ils avaient estimés que les exigences en matière de transparence, de contrôle et d’engagement à réduire les arsenaux, étaient inégales entre les pays signataires et les non-signataires.

Il faut se rappeler qu’à l’origine, le TNP consistait essentiellement en un marché entre les pays n’ayant pas encore testé d’engin nucléaire, qui s’engageaient à ne pas en mettre au point, et les pays détenteurs (les Etats-Unis, l’URSS d’alors, la Chine, la France et le Royaume-Uni) qui eux s’engageaient au désarmement nucléaire. Or le principal obstacle à la non-prolifération provient du sentiment, légitime, des pays « émergents » et des pays du Sud « non dotés » qui estiment que les grandes puissances ne tiennent pas leurs engagements en matière de désarmement. Ils s’opposent même au renforcement des instruments de vérification du nucléaire civil par l’extension du protocole additionnel de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) qui prévoit des inspections inopinées et larges dans les pays menant des activités nucléaires.

Ceci peut se comprendre, car comment peut-on demander de nouveaux efforts à des pays qui, comme le Brésil ou l’Afrique du Sud, ont abandonné l’option nucléaire militaire, si les autres Etats ne font pas leur partie du chemin ?

La lutte contre la non-prolifération, sur laquelle insistent beaucoup les grandes puissances nucléaires, et nous tout particulièrement, ne peut être crédible et légitime que si elle s’accompagne d’un réel effort de ces puissances pour mettre en œuvre l’article 6 du TNP qui stipule-je cite- qu’elles :« poursuivent de bonne foi des négociations de désarmement nucléaire ». Dans le TNP, et dans la résolution 1887 de l’ONU, il y a un lien indissociable entre le régime de non-prolifération et le mouvement vers le désarmement nucléaire. C’est ce lien, malgré les apparences, qui n’est pas respecté par les grandes puissances qui opposent souvent désarmement et lutte contre la prolifération.

C’est certainement là le principal obstacle au désarmement.

Il faut par ailleurs être lucide sur la réalité des propositions américaines de désarmement nucléaire.

Pour annoncer la nouvelle politique nucléaire des Etats-Unis, qui procède de la volonté du président Obama d’oeuvrer à la dénucléarisation de la planète, la Maison Blanche a parlé d’une réduction spectaculaire de ses stocks, les chiffrant à plusieurs milliers d’ogives.

Dans le même temps, le président des Etats-Unis propose aussi de conserver une force de dissuasion « solide et fiable » ce qui exclue très clairement la possibilité d’une élimination à court et moyen terme. Notons en outre que les Etats-Unis n’ont toujours pas ratifié le traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Il faut surtout relever que tout en parlant de désarmement, l’administration américaine accroît considérablement son budget pour la modernisation de l’arme nucléaire et veut compenser ce recul de l’atome par le développement d’une défense antimissile nouvelle manière, et de nouvelles armes conventionnelles. Ce sont des armes de forte puissance, non nucléaires, constituées de missiles intercontinentaux dotés de charges explosives conventionnelles très puissantes qui seraient tirées à partir des Etats-Unis et pourraient frapper n’importe où dans le monde dans un délai d’une heure. Fondamentalement la doctrine américaine consiste certes à avoir moins de nucléaire militaire, sans d’ailleurs se fixer d’objectif concret d’élimination, mais plus d’armes conventionnelles.

Face aux apparences de la nouvelle doctrine américaine, la France est pourtant très réticente à vouloir continuer de s’engager dans la voie du désarmement. A regarder de près l’attitude des autres membres du « club nucléaire », il est vrai que la posture du Royaume-Uni, qui débat de la modernisation de sa force de frappe, est ambigüe, que la Chine accroît son arsenal, et que la Russie peine à un désarmement nucléaire total qui la désavantagerait lourdement sur le plan conventionnel.

Ainsi l’argumentation de la France consiste à dire que la réduction des arsenaux français, américains, russes et britanniques, n’a jamais entrainé un ralentissement des programmes nucléaires des autres pays, et qu’en conséquence nous ne reconnaissons aucune vertu pédagogique à ce processus. Nous considérons également que nous avons déjà donné l’exemple en renonçant à la composante terrestre des missiles du plateau d’Albion, en diminuant d’un tiers notre composante aéroportée, en réduisant à 300 nos têtes nucléaires, en démantelant le centre d’essais atomique du Pacifique ainsi que nos usines de production de matière fissile. Tout cela est vrai et témoigne d’un réel effort de notre part.

Mais les déclarations du Président de la République donnent l’impression qu’à ses yeux la lutte contre la prolifération est la seule priorité et qu’elle n’est pas compatible avec le désarmement nucléaire.

Précisément, il ne faudrait pas que l’image positive, acquise auprès de nombreux pays émergents, grâce à notre attitude exemplaire tant dans la ratification des traités que dans des mesures unilatérales de désarmement, soit ternie à l’approche de la conférence d’examen du TNP. En effet, de nombreux pays nous soupçonnent de vouloir préserver à tout prix le siège de membre permanent du Conseil de sécurité que nous devons en grande partie à notre force de dissuasion.

Aujourd’hui, à la veille de la huitième conférence d’examen du TNP, nous sommes à la croisée des chemins. Il est impératif d’éviter un nouvel échec comme il y a cinq ans. Celui-ci enterrerait définitivement le régime de non-prolifération défini par le TNP. Il faut le soutenir sans ambiguïté et le renforcer car il est le seul à pouvoir garantir en toute sécurité l’accès au nucléaire civil aux Etats qui renoncent à l’acquisition de l’arme nucléaire.

Sinon, ce serait à coup sûr une prolifération débridée, la disparition de ce cadre juridique international sans qu’il soit remplacé, le risque accru de la probabilité d’emploi de l’arme nucléaire, et au total, le retour d’un rapport de force nucléaire dans les relations internationales. Notre pays peut à nouveau jouer un grand rôle et être un acteur dynamique du désarmement nucléaire multilatéral lors de la conférence de New-York. Pour cela il doit être porteur de propositions ambitieuses et constructives car ce sont d’abord les pays « dotés » qui doivent donner l’exemple et montrer concrètement que régime de non-prolifération et mouvement vers le désarmement nucléaire vont de pair. Il sera crucial de convaincre les pays émergents et « non-dotés » que le TNP, qui promettait le désarmement des uns en échange du renoncement des autres à la bombe, n’est pas un marché de dupes. Il faudra aussi parvenir à un accord d’ensemble sur le désarmement nucléaire tout en empêchant, comme le visent les Etats-Unis et la Russie, une compensation en armements conventionnels, chimiques et biologiques. Il sera pourtant bien difficile de progresser dans cette voie si les cinq puissances nucléaires (mais aussi, Israël, l’Inde et le Pakistan, plus ou moins officiellement détenteurs de la bombe) ne sont pas unanimes. Si l’on veut persuader ces trois pays d’adhérer au TNP, il faut concrètement réduire les arsenaux au plus bas niveau. Or, si l’on doit reconnaître un certain effort américain, même s’il est ambigu, il faut aussi avoir présent à l’esprit que les Etats-Unis restent, avec la Russie, la principale puissance nucléaire en stocks, très loin devant nous, les chinois et les britanniques. Il est donc déterminant que, comme le propose Jean-Pierre Chevènement dans son rapport, les américains et les russes amplifient leur effort de désarmement de manière significative, afin que ceux dont les arsenaux sont beaucoup plus modestes puissent ensuite se joindre à ce processus. Il faudrait également, comme le demande le rapport, obtenir de tous les Etats qui ne l’ont pas encore fait, la ratification du traité d’interdiction des essais nucléaires et entamer des négociations sur la production de matières fissiles à usage militaire. Pour les autres propositions que le rapport suggère de présenter lors de la conférence, nous estimons qu’elles accompagnent la position officielle du gouvernement. Car en partageant l’opinion que la France a eu ue position « exemplaire » en matière de réduction de notre arsenal, et en invitant le gouvernement à être très ferme pour préserver l’indépendance que garantit notre force de dissuasion, cela dit clairement qu’il exclu toute nouvelle proposition de réduction de notre arsenal nucléaire.

Pour aller au-delà des préconisations minimales positive que contient ce rapport, le groupe CRC/SPG propose que notre pays prenne des initiatives fortes afin que les Etats s’engagent à mettre fin à la modernisation de leurs armes et de leurs vecteurs. La France pourrait à nouveau montrer l’exemple en interrompons notre programme de missile stratégique M 51, qui apparait plus comme un héritage de la guerre froide que comme un instrument de défense adapté aux menaces d’aujourd’hui.

Elle pourrait également proposer que, pour tous les pays, les doctines de la dissuasion soient strictement limitées au « non-emploi » des armes nucléaires, comme l’était celle de la France avant les inflexions de doctrine décidées par e sprésidents Chirac et Sarkozy dans leurs discours respectifs de l’Ile de Longue et de Cherbourg.

Au total, nous souhaitons donc que lors de la prochaine conférence d’examen du TNP, notre pays participe plus activement aux efforts de désarmement en proposant d’entrer dans un processus de négociation sur notre armement nucléaire, avec un calendrier contraignant. Cela serait un nouveau signe de bonne volonté et montrerait aux pays sceptiques que nous n’en restons pas aux annonces de réduction de notre potentiel militaire faites par le Président de la République à Cherbourg en mars 2008. Telles sont, monsieur le Président, monsieur le ministre, mes chers collègues, les quelques réflexions que notre groupe voulait apporter à ce débat sur le désarmement, la non-prolifération nucléaire et la sécurité de notre pays.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères