Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

29 mai 2013

Panser les plaies maliennes en aidant ses collectivités locales !

Le 15 mai dernier, à Bruxelles, les donateurs internationaux se sont engagés à verser 3,25 milliards d’euros au Mali et la France s’est engagée à hauteur de 280 millions d’euros. Michelle Demessine écrit à Monsieur Pascal Canfin, Ministre chargé du Développement, pour que la France aide plus substantiellement les collectivités maliennes et pour que les autorités maliennes soient plus exigentes à l’endroit des compagnies minières internationales.

Monsieur le Ministre,

Le 15 mai dernier, à Bruxelles, le Président de la République participait au nom de la France à la conférence de soutien au Mali.

A son issu, les donateurs internationaux se sont en engagés à verser 3,25 milliards d’euros à ce pays alors que le président malien attendait des engagements à hauteur de 1,6 milliards d’euros. La France a décidé de prendre pleinement sa part dans cette aide au développement du Mali en y consacrant 130 millions d’euros qui viennent s’ajouter aux 150 millions d’euros déjà prévus.

Ces sommes destinées à panser les plaies d’un pays où un habitant sur cinq vit dans l’extrême pauvreté sont les bienvenues. Sans elle, les armes ne pourront se taire définitivement et l’intervention française avec l’appui des Nations Unies risquerait d’être vaine tant les djihadistes, pour mener à bien leur desseins obscurantistes, se nourrissent de la pauvreté et du sentiment d’abandon dont souffrent les populations du Nord du Mali.

Néanmoins, parmi ces 280 millions, seul 18 millions d’euros seront affectés à des mesures d’urgence pour venir en aides aux villes du Nord du Mali. Pour emprunter le chemin de la paix, il me semble pourtant essentiel de mettre en place une politique de développement équilibré entre les collectivités territoriales et l’Etat qui implique d’associer autant que possible les autorités locales et les populations bénéficiaires.

Par ailleurs, bien que le Mali soit le troisième producteur d’or du continent africain, son Indice de Développement Humain le place à la 182ème sur 187 pays du monde. Les autorités maliennes doivent donc s’engager à être plus exigeantes à l’égard des compagnies minières internationales, leur imposer une véritable transparence de leurs activités productives et garantir la juste redistribution des bénéfices de l’exploitation des ressources naturelles nationales au bénéfice des populations, en étant elles aussi plus transparentes dans la gestion des affaires publiques.

Je souhaiterais donc savoir dans quelle mesure la France souhaite aider de manière plus substantielle les collectivités maliennes et quelles mesures de suivi entend-elle prendre pour accompagner l’aide financière accordée à l’Etat malien.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle DEMESSINE, sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères