Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

18 janvier 2013

Lettre au Premier Ministre sur la situation du Cambrésis

Michelle Demessine et Eric Bocquet, sénateur-maire de Marquillies, ont écrit au Premier Ministre pour l’alerter sur la situation de l’arrondissement du Cambrésis dans le Nord. Ils rencontreront prochainement un conseiller de Jean Marc Ayrault à ce sujet

Monsieur le Premier Ministre,

L’arrondissement du Cambrésis dans le Nord (116 communes – 155 000 habitants) voit se succéder les mauvaises nouvelles depuis plusieurs mois. En effet, dans le cadre de la restructuration des armées, mise en œuvre par le gouvernement précédent, la Base Aérienne 103 d’Epinoy a fermé ses portes. Elle comptait 1 500 personnels civils et militaires, autant d’habitants qui ont dû quitter l’arrondissement mettant à mal les services publics et les commerces de proximité de ce secteur rural.

Cet état de fait est d’autant plus préjudiciable que le Centre d’Expertise et d’Analyse du Coût des Armées, qui devait s’implanter à Cambrai pour compenser en partie la perte de la base aérienne, ne verra pas le jour. A cela s’ajoute la fermeture du site du volailler Doux de Graincourt lez Havrincourt, dont le tribunal de commerce de Quimper a prononcé la liquidation judiciaire en septembre dernier. Le site comptait 254 salariés.

Nous pouvons évoquer encore les incertitudes qui planent sur le grand projet structurant du Canal Seine-Nord Europe, qui permettrait la création de plusieurs milliers d’emplois et la revitalisation du bassin de vie du Cambrésis qui en a bien besoin.

Il faut savoir que l’arrondissement de Cambrai a perdu plus de 2 500 emplois industriels depuis l’an 2000. Des pertes malheureusement loin d’être compensées par les créations d’emplois dans le secteur tertiaire notamment.

Aujourd’hui, le taux de chômage avoisine les 14 %, soit un taux supérieur à la moyenne régionale, elle-même supérieure à la moyenne nationale.

Les indicateurs sociaux et économiques sont au rouge. Les difficultés s’accumulent depuis de nombreuses années : démantèlement des services publics et de proximité ; délocalisation de nombreux services de la Caisse d’Allocation Familiale et de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie ; perte de dessertes ferroviaires en gare de Cambrai ; bureaux de postes qui ferment ou réduisent leurs horaires d’ouverture ; suppressions de classes dans les écoles des villages ; désertification médicale… en sont autant d’exemples.

Des menaces planent sur la Sous-Préfecture de Cambrai et dernièrement le Centre de Traitement de l’Alerte des sapeurs-pompiers de Cambrai a été transféré dans la commune de Le Quesnoy dans l’arrondissement voisin de l’Avesnois.

C’est dans ce cadre que les militants du Parti Communiste Français ont lancé sur leur territoire, le 24 août dernier, une grande campagne de mobilisation intitulée « Notre Cambrésis mérite d’être soutenu ! ».

Cette campagne se veut être inscrite dans un esprit de large rassemblement et entend dépasser les clivages partisans. Elle se veut constructive, respectueuse des sensibilités de chacun, et être force de propositions.

C’est ainsi que l’appel républicain qu’ils ont lancé a recueilli jusqu’à présent près de 3 000 soutiens. Une quarantaine de maires, parlementaires, conseillers généraux et régionaux de l’arrondissement et de toutes sensibilités soutiennent également cette initiative. Preuve s’il en est du réel esprit d’ouverture et de rassemblement impulsé à travers cette campagne qui a pour finalité que l’Etat puisse dégager des moyens budgétaires, logistiques et humains, en lien avec les collectivités locales, pour permettre la redynamisation et la revitalisation du Cambrésis.

A ce titre, nous nous permettons de vous adresser la présente et nous demandons audience en janvier auprès de votre cabinet pour exposer plus en détails ces éléments en compagnie d’élus et de représentants du Parti Communiste Français du Cambrésis.

En vous remerciant par avance, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de notre très haute considération

Michelle Demessine, sénatrice du Nord, et Eric Bocquet, sénateur-maire de Marquillies



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères