Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

16 avril 2012

Lettre à Alain Juppé sur le conflit en République Démocratique du Congo

Michelle Demessine écrit à Alain Juppé, ministre des Affaires Etrangères et Européennes, concernant la situation en République Démocratique du Congo

Monsieur le Ministre d’Etat,

Je tiens à attirer votre attention sur la situation en République Démocratique du Congo.

En effet, depuis la fin du génocide rwandais de 1994, ce pays et tout particulièrement sa partie Est, le Kivu, est devenu l’épicentre des conflits qui meurtrissent la région des Grands Lacs. Il est le théâtre de guerres successives qui ont fait plus de 4 millions de morts et ont arraché à leurs terres 1,7 millions de déplacés et 476 000 réfugiés.

Et alors qu’un silence médiatique assourdissant entoure ce conflit, des violations massives des Droits de l’Homme continuent en toute impunité d’y être perpétrées. Depuis septembre 2008, l’Armée de Résistance du Seigneur est, par exemple, à elle seule responsable de la mort de 2400 personnes et de 3400 enlèvement selon un rapport d’Amnesty International en date de janvier 2012.

Ainsi, force est de constater que malgré la présence de 17 000 soldats de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo et une cinquantaine de résolutions prises par le Conseil de Sécurité de l’ONU, la communauté internationale semble bien impuissante à arrêter des massacres où ne sont épargnés ni les femmes ni les enfants. Le viol y est devenu une arme de guerre et l’enrôlement des enfants une stratégie pour grossir les troupes des groupes rebelles.

Mais malgré cette situation accablante et cette impuissante constatée de la communauté internationale, cette guerre n’est pour autant pas vouée à être inéluctable et sans fin tant nous en connaissons les causes.

D’une part, les belligérants ne détiennent pas d’usine d’armement mais leurs guerres sont possibles parce qu’alimentées par le commerce mondialisé et généralement illicite des armes et munitions

D’autre part, dans ce pays où des populations entières se font massacrées et où l’Indice de Développement Humain est l’avant dernier de la planète, la présence de multinationales occidentales pose question alors qu’elles tirent largement profits de ses ressources naturelles comme le minerai, composante essentielle à la fabrication des téléphones portables qui inondent les marchés commerciaux du monde entier.

Dans ce contexte, la France, pays des Droits de l’Homme, est particulièrement observée par une partie du monde, je m’en remets donc à votre haute autorité pour qu’elle condamne haut et fort les massacres qui se perpétuent en République Démocratique du Congo et les causes qui les rendent possibles.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre d’Etat, à l’assurance de ma très haute considération.

Michelle DEMESSINE, sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères