Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

18 février 2014

Guerre en Syrie : il faut rompre en urgence le blocus du camp de Yarmouk !

Michelle Demessine interpelle Laurent Fabius sur la situation dramatique du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, en Syrie, où sont prises au piège 20 000 personnes. Situé dans le sud de Damas, soit la porte d’entrée la plus proche de la capitale syrienne, ce camp représente un enjeu stratégique pour les troupes de Bachar El Assad et est le théâtre d’affrontement avec les rebelles syriens.

Monsieur le Ministre,

Comme vous le savez, les massacres perpétrés par le régime de Bachar El Assad et les groupes rebelles en Syrie ont provoqué le déplacement de plus 6,5 millions de syriens et ont poussé 2,3 millions de syriens sur les routes de l’exil.

Or, le 11 décembre dernier au Sénat, j’ai pris soin de rencontrer les grandes Organisations Non Gouvernementales (ONG) actives aux côtés de ces populations soit Oxfam, Médecins du Monde, la FIDH ou Care International.

Dans des pays déjà fragilisés comme la Liban, la Jordanie, la Turquie, l’Irak ou l’Egypte, elles m’ont confié leurs immenses difficultés à répondre souvent seules aux besoins humanitaires de réfugiés syriens toujours plus nombreux.

Mais le comble de l’inquiétude pour les ONG est, à présent, la situation du camp de Yarmouk en Syrie qui est habité en grande partie par des réfugiés palestiniens qui sont victimes d’un conflit qui n’est pas le leur.

Situé dans le sud de Damas, soit la porte d’entrée la plus proche de la capitale syrienne, ce camp représente un enjeu stratégique pour les troupes de Bachar El Assad et est le théâtre d’affrontement avec les rebelles syriens qui l’auraient infiltré.

En plus de ces combats sans merci à l’intérieur du camp, les 20 000 âmes qui y résident sont victimes d’un blocus du camp par les forces du président syrien qui empêchent l’acheminement de denrées alimentaires si bien que le kilo de riz s’y vend 36 euros contre 80 centimes à l’extérieur ! Cela a entrainé le règne de la faim dans ce camp qui a déjà fait 73 morts dont des femmes et des enfants.

Je souhaiterais donc savoir quelles mesures envisagent de prendre la France, dans le cadre des Nations Unies, pour rompre le blocus autour du camp de Yarmouk et permettre aux ONG de porter secours aux populations qui s’y trouvent.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle DEMESSINE, sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères