Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

22 février 2013

Après la fermeture programmée du consulat de Pologne à Lille, quel avenir pour la culture polonaise dans la région ?

Suite à la fermeture programmée du consulat de Pologne, Michelle Demessine écrit à Monsieur Tomasz Orlowski, Ambassadeur de Pologne en France, écrit pour que les relations privilégiées de la région Nord-Pas-de Calais avec la culture polonaise ne s’étiolent pas.

Votre Excellence,

Je tiens à attirer votre attention sur l’annonce de la fermeture du consulat général de Pologne à Lille, en juin prochain.

Cette fermeture programmée est un véritable coup dur à l’encontre des 20 000 citoyens polonais qui vivent dans la région Nord-Pas-de-Calais et, au-delà, pour les 500 000 français d’origines polonaises issus des vagues successives d’immigration des années 1920 et 1930.

Pour les citoyens polonais, cela constitue un obstacle pour répondre à leurs besoins de services consulaires et notamment pour les plus âgés qui n’auront pas la force de se rendre jusqu’à Paris.

Quant aux descendants polonais de troisième voire de quatrième génération, beaucoup vont se sentir orphelin du volet culturel de l’activité consulaire.

Sous l’impulsion de 1 500 associations franco-polonaises et de la Maison de la Polonia, la région Nord-Pas-de Calais entretient avec la culture polonaise des relations privilégiées qui ne doivent pas s’étioler après la prise d’une telle décision.

Je souhaiterais donc savoir si la décision de fermeture du consulat général, à Lille, est irrévocable et, si le cas échéant, une structure sera mise en place pour remplacer le rôle notamment culturel qu’il remplissait auprès de la communauté polonaise de la région Nord-Pas-de-Calais.

Je vous prie de croire, Votre Excellence, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle Demessine Sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères