Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

1er février 2007

La droite tente de transformer le droit au logement opposable en "droit à l’hébergement opposable"

La Majorité UMP – UDF du Sénat semble bien avoir l’intention de s’opposer au droit au logement opposable !

Michelle DEMESSINE, Sénatrice, membre de la Commission Economique, rapporteur pour le groupe communiste sur le texte sur le droit opposable au logement dénonce l’attitude des sénateurs de Droite qui dénaturent le contenu de la loi sur le droit opposable au logement. Les même sénateurs s’étaient opposés, il n’y a pas six mois, à l’adoption de cette proposition et entendent bien, malgré les vœux présidentiels et les effets d’annonce du Gouvernement, s’en tenir à cette position ! Les groupes UMP et UDF du Sénat, où le texte de Loi sera débattu en première lecture dés mardi 30 janvier prochain viennent de déposer plus de 20 amendements qui dénaturent la force du texte.

En effet, ces amendements prévoient de transformer dans un premier temps le droit au logement opposable en « droit à l’hébergement opposable ». Avec la Droite, les promesses d’un véritable droit au logement se transforment en simple droit à l’hébergement. Ainsi, une personne hébergée, dans la famille ou dans une structure adaptée, temporaire, ne pourrait pas formuler de recours pour obtenir un logement. De plus, un autre amendement prévoit dans un deuxième temps de faire vivre le droit opposable au logement mais seulement en 2014 !

Michelle DEMESSINE entend bien se battre comme l’ont exprimés le mouvement des Don Quichotte et les associations pour le Droit au Logement pour que le droit des sans toit et des sans droits soit bel et bien reconnu. Elle interviendra dans ce sens mardi 30 janvier 2007 après midi à l’ouverture du débat en première lecture du Sénat.


AUTRES ARTICLES :

-

L’article 55 de la loi S.R.U (Solidarité et Renouvellement Urbain) fait obligation aux villes, de plus de 3500 habitants, de construire au moins 20 % de logement sociaux sur leur sol. Mais en France…

-

La création d’un grand service public de l’habitat est le seul moyen pour que l’Etat reprenne la main sur l’ensemble du dispositif du logement social.

-

Le droit à un logement accessible et confortable, dans un environnement agréable, dans la commune et le quartier de son choix est, de fait, un rêve inaccessible pour la majorité de nos concitoyens. Il faut combattre la stigmatisation du logement social, qui est aussi un alibi pour ne pas en construire.

-

La vente à la découpe, appartement par appartement, jette et menace de jeter à la rue des dizaines de milliers de locataires vivant dans leur appartement souvent depuis de longues années. Les grandes villes sont particulièrement touchées par ce phénomène.

-

Le logement représente aujourd’hui, notamment pour les familles les plus modestes, la dépense la plus importante du budget des ménages. L’augmentation du niveau des loyers est d’ailleurs l’un des faits les plus marquants des dernières années, tant elle a été favorisée par les incitations fiscales accordées aux investisseurs.

Dossier Logement

Dossier Logement




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères