Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

26 janvier 2007

Garantir le versement des aides personnelles au logement

Le logement représente aujourd’hui, notamment pour les familles les plus modestes, la dépense la plus importante du budget des ménages. L’augmentation du niveau des loyers est d’ailleurs l’un des faits les plus marquants des dernières années, tant elle a été favorisée par les incitations fiscales accordées aux investisseurs.

Depuis plusieurs décennies, notamment dans le logement HLM et dans le parc privé conventionné, c’est avec la distribution des aides personnelles au logement que les familles peuvent s’acquitter de leur loyer, eu égard à la modestie ou à la faiblesse de leurs ressources.

Pour autant, alors même que le versement des aides au logement (aide personnalisée au logement, allocation logement familiale) est un élément de la solidarité nationale,

certaines familles (on parle de 110 000 ménages au total) sont privées de la perception de ces aides au motif que le montant susceptible de leur être versé est inférieur à un certain niveau (aujourd’hui 24 euros mensuels).

Le Médiateur de la République, ancien Ministre, M. Jean Paul DELEVOYE, s’en est d’ailleurs ému et a formulé une proposition auprès du Ministre du Logement lui-même, visant à mettre un terme à cette situation, rappelant notamment que l’on procède parfois par versement différé d’allocations non perçues par les allocataires. La présente proposition de loi préconise donc de modifier la lettre des articles L. 351-3-1 du code de la construction et de l’habitation et L. 542-2 du code de la sécurité sociale en vue de prévoir expressément la faculté de verser trimestriellement les montants faibles d’aide personnalisée au logement et d’allocation logement.

L’impact de la mesure, limité sur le strict plan budgétaire pour l’Etat et les organismes payeurs, est toutefois déterminant pour les familles concernées qui peuvent, à juste titre, s’estimer victimes d’un « déni de droit » (selon les termes mêmes du médiateur de la République). C’est donc sous le bénéfice de ces observations que nous vous invitons, mesdames, messieurs, à adopter cette proposition de loi.


AUTRES ARTICLES :

-

L’article 55 de la loi S.R.U (Solidarité et Renouvellement Urbain) fait obligation aux villes, de plus de 3500 habitants, de construire au moins 20 % de logement sociaux sur leur sol. Mais en France…

-

La création d’un grand service public de l’habitat est le seul moyen pour que l’Etat reprenne la main sur l’ensemble du dispositif du logement social.

-

Le droit à un logement accessible et confortable, dans un environnement agréable, dans la commune et le quartier de son choix est, de fait, un rêve inaccessible pour la majorité de nos concitoyens. Il faut combattre la stigmatisation du logement social, qui est aussi un alibi pour ne pas en construire.

-

La vente à la découpe, appartement par appartement, jette et menace de jeter à la rue des dizaines de milliers de locataires vivant dans leur appartement souvent depuis de longues années. Les grandes villes sont particulièrement touchées par ce phénomène.

Dossier Logement

Dossier Logement




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères