Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

8 juillet 2009

Travail du dimanche, Lille dans la ligne de mire

Hier, à l’Assemblée Nationale, les débat sur la proposition de loi visant à déroger au principe du repos dominical ont commencé. Lille est dans la ligne de mire de ce projet de loi.

Le gouvernement persiste à casser pan par pan les piliers de notre République sociale et du code du travail : la retraite, les jours fériés, la durée du temps de travail, les congés maladie ou maternité, tout est attaqué. La question du travail du dimanche n’est pas une loi isolée : il faut la replacer dans son contexte plus global de casse sociale.

Si le repos dominical est, dans notre droit, érigé en principe d’ordre public, c’est parce que, pour l’équilibre d’une société, il est nécessaire d’avoir un jour consacré au repos collectif, à la famille, aux amis, d’un jour qui déroge aux règles de l’échange marchand et permet les pratiques culturelles et sportives, à la vie associative.

Le prétendu volontariat est un leurre : imagine-t-on un jeune entrant sur le marché du travail refusant de travailler le dimanche ou un employé refusant à son patron de renoncer à sa pause dominicale sans qu’il ne soit pénalisé derrière ?

Enfin, nous condamnons la manière dont cette loi a été préparée. Aucune négociation préalable avec et entre les partenaires sociaux ne s’est tenue, aucun avis n’a été sollicité, ni des salariés concernés, ni de sociologues, ni d’économistes, ni de politiques locaux et nationaux, ni d’associations de consommateurs. De même, il n’y a pas eu d’étude préalable relative à l’impact économique, social ou environnemental de cette loi. Pourquoi ?

Au-delà de l’impact social, nous craignons que cette nouvelle loi allonge la liste déjà grande des emplois détruits, notamment dans l’artisanat et le petit commerce qui ne pourront suivre le rythme des grandes surfaces, nombreuses dans notre agglomération. S’il y a créations d’emplois, elles ne pourront compenser les postes supprimés ailleurs. Quant aux types d’emplois qui seront créés, nous craignons qu’il ne s’agisse exclusivement d’emplois précaires.

Salaires médiocres, horaires sans limites, travail 7 jours sur 7,… L’ouverture des magasins le dimanche dans les zones touristiques n’est qu’un prétexte. L’argent qu’un ménage possède et donc dépense est limité ; il ne s’accroîtra pas avec l’ouverture des magasins le dimanche. Les Lillois et les Lilloises ont donc tout à perdre avec cette loi, à commencer par leur vie de famille et leurs loisirs.


AUTRES ARTICLES :

-

Les élus communistes ont pris au mot le slogan du Président de la République et organisé, au mois d’octobre dernier, une grande Marche pour l’Emploi. Objectif : déposer son CV à l’Élysée ! Car pour “travailler plus pour gagner plus” il faut d’abord du travail.

-

A la demande du groupe Communiste, c’est tenu un débat au Conseil de la Communauté Urbaine de Lille, pour engager une réflexion autour de la stratégie économique de la métropole lilloise ?

-

Les fonds d’investissement sévissent depuis longtemps déjà. L’une des stratégies préférée se nomme « LOB » (« Leveraged Buy Out » ou « levier d’achat »). Décryptage d’une technique de rachat d’entreprise très juteuse et particulièrement destructrice d’emploi !

-

Un LBO est une opération de rachat d’entreprise de type spéculative dont l’unique objectif vise à dégager une rentabilité financière extrême puis à revendre la société avec une forte plus-value à de nouveaux spéculateurs.

-

Les privatisations et les déréglementations sectorielles des marchés de l’énergie, des télécommunications, des services postaux et des transports, impulsées par l’Europe, ont fait pénétrer le marché dans le champ de ces services essentiels…

-

Un nombre croissant d’entreprises françaises fait fabriquer ses produits dans les pays à faible coût de main-d’oeuvre. Tous les secteurs sont concernés, y compris le tertiaire. Cinq millions d’emplois sont ainsi menacés en Europe…

-

Le diagnostic de la HALDE (haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) est édifiant : taux de chômage de plus de 30%, emploi précaire et peu qualifié, déroulement de carrière quasi nul, refus d’aménagement des postes et fortes inégalités salariales.

Dossier Energies

Dossier Emploi




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères