Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

28 juillet 2017

La majorité sénatoriale de droite adoube les ordonnances de régression sociale du gouvernement

Au terme de quatre jours de discussion, les débats ont montré, s’il en était besoin, la proximité idéologique entre le gouvernement et la majorité sénatoriale pour remettre en cause les droits des salarié-e-s.

Sous prétexte de lutte contre le chômage, c’est la marche forcée vers une société de plus grande précarité, de flexibilité accrue pour un plus grand nombre. C’est aussi une fausse réponse aux problèmes rencontrés par les petites et moyennes entreprises.

Parmi les nombreux reculs sociaux du gouvernement, le plafonnement des indemnités de licenciement, la réduction des délais de recours aux prud’hommes, la fusion des instances représentatives du personnel, la primauté des accords d’entreprise auront des conséquences négatives pour les salarié-e-s et même la suppression du modeste progrès que fut la suppression compte pénibilité. Ils entraîneront un dumping social aggravé entre elles et eux. Seuls le Medef et les patrons des grands groupes peuvent se réjouir de ce projet.

Avec les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste Républicain et Citoyen, nous continuerons le combat en nous opposant à la ratification des ordonnances et en étant présents le 12 septembre dans la rue aux côtés des salarié-e-s opposés au projet destructeur du gouvernement !



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères