Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

24 avril 2013

Suite à mon intervention, une aide de 150 000 euros pour une entreprise du Cambraisis

Suite à une interpellation de ma part, le Fonds pour les restructurations de la Défense a décidé d’accorder une aide financière de 150 000 euros à la « Maison D. Porthault », entreprise spécialisée dans la fabrication de linge de maison de luxe et employant 60 personnes sur son unité de production de Cambrai.

Cette aide financière se compose de 60 000 euros pour l’aide à l’emploi et de 90 000 euros pour l’aide à l’investissement. Voici cette intervention.

Courrier à Monsieur Jean-Paul Bodin, Secrétaire Général pour l’Administration du Ministère de la Défense et des anciens Combattants

"Monsieur le Secrétaire Général,

Je tiens à attirer votre attention sur la situation de l’entreprise, « Maison D.PORTHAULT ».

Entreprise familiale créée en 1920, la Maison D.PORTHAULT est consacrée à la fabrication de linge de maison de luxe. Elle a fait le bonheur de personnages illustres comme Sir Winston Churchill ou Madame Jacky Kennedy et elle équipe les hôtels les plus prestigieux comme le Ritz, le Crillon ou le Bristol.

Or, cette entreprise qui participe à la renommée de la France comme maison-mère du luxe à travers le monde est aujourd’hui empreint à des difficultés financières majeures, après 5 années de gestion calamiteuse

Cette situation menace l’emploi des 60 salariés de son unité de production située à Cambrai, dans le Nord, au sein d’une ville où le taux d’un chômage approche les 22% et au cœur d’un territoire, le Cambrésis, meurtri par la perte de 2 500 emplois industriels en 10 ans.

Cependant, cette société a été reprise, en juillet 2012, par le groupe « Bluestone » et s’est dotée d’une vraie stratégie de développement. Au regard de son potentiel certain, on estime qu’elle pourrait tripler son chiffre d’affaires d’ici 3 ou 4 ans.

Mais pour cela, elle a besoin d’urgence d’une aide financière.

C’est pourquoi, elle a sollicité le Fonds pour les Restructurations de la Défense (FRED) pour une aide à l’emploi de 100 000 euros visant à sauvegarder 56 emplois et à en créer 20 ainsi que pour une aide à l’investissement de 100 000 euros pour l’acquisition de machines.

A l’occasion de la prochaine commission du FRED, le 20 mars prochain, je vous prie donc bien vouloir faire en sorte que la demande de la Maison D.PORTHAULT soit accueillie avec la plus grande bienveillance.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Michelle DEMESSINE, Sénatrice du Nord"


VOIX DU NORD - Cambrésis :

l’entreprise Porthault décroche une subvention de 150000 euros

PUBLIÉ LE 23/04/2013 Par JÉRÉMY LEMAIRE

C’est une bonne nouvelle pour une entreprise encore convalescente. Porthault, entreprise renommée mondialement pour son linge de maison haut de gamme, s’est vu octroyer une subvention étatique d’un montant de 150 000 euros. Elle devrait permettre le maintien de l’emploi sur le site de fabrication de Fontaine-Notre-Dame et la modernisation de l’outil de production.

Si le mois d’avril, l’an dernier, avait été bien sombre pour l’entreprise Porthault, placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, le printemps 2013 démarre sous de meilleurs auspices pour l’emblématique usine textile du Cambrésis. Cent cinquante mille euros, une manne qui tombe à pic pour une entreprise qui, de l’aveu même de son directeur général Thomas Ponsada, est encore « dans une situation financière fragile ». La plus grosse part de cette somme, 90 000 euros, sera consacrée à de l’investissement. « On est en train de faire des études pour remplacer des machines : certaines sont relativement anciennes », détaille Thomas Ponsada. Le reste de l’argent servira au maintien de l’emploi. Car cette aide étatique est la conséquence de la fermeture de la BA 103. Pour compenser l’impact économique négatif de cette restructuration, des fonds sont débloqués pour les entreprises du secteur : 5,3 millions pour le Cambrésis, soit 962 emplois créés ou maintenus depuis 2009, selon les informations fournies par le ministère de la Défense. Dans le cas de Porthault, le volet emploi représente une enveloppe de 60 000 euros, ce qui correspondrait, encore une fois selon le ministère, à vingt emplois maintenus. À l’heure actuelle, le site cambrésien compte environ 60 salariés. Pas de création de postes en vue, mais, assure Thomas Ponsada, grâce à cette aide, « On va essayer de maintenir les effectifs ». Et pourquoi pas, ajoute le directeur général de la société, « si notre redécollage se maintient », réembaucher à l’horizon 2015.

Porthault n’en est pas là. Menacée l’an dernier, reprise cet été (son président actuel se nomme Patrick Bels), la société est en phase de reconstruction. François-Xavier Villain, le président de la communauté d’agglomération de Cambrai, qui est intervenu dans ce dossier, se réjouit de l’obtention de la subvention, mais tempère : « Il y a de nouveaux actionnaires. Tant mieux s’ils sont aidés, on avait cette opportunité. Mais ça n’est pas cette subvention qui va régler tout le fonctionnement de Porthault. La problématique est compliquée. L’entreprise a des charges lourdes à Cambrai : elle doit trouver de nouveaux marchés, des clients… » Booster le carnet de commandes reste donc la priorité numéro 1. Quand nous l’avons joint par téléphone, Thomas Ponsada était d’ailleurs à Londres « pour toucher une clientèle qui nous intéresse ». Il poursuit : « On a à développer notre business. On a un début de carnet de commandes. Cette aide va nous donner un coup de pouce » afin de « redonner un second souffle à une entreprise qui le mérite ». En attendant ce second souffle, le Cambrésis retient le sien.




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères