Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

28 avril 2010

Lettre à Jean Louis Borloo pour soutenir les bateliers

Après leur avoir rendu viste aux bateliers en grève,le 28 avril ; Michelle Demessine écrit à Jean Louis-Borloo, Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, pour l’alerter sur la menace sérieuse qui pèse sur le transport fluvial

Monsieur le Ministre d’Etat,

Aujourd’hui, mercredi 28 avril, j’ai rencontré les bateliers du Nord et leur représentant syndical qui bloquent depuis lundi dernier les quatre canaux de notre département. Ils sont décidés à faire durer leur mouvement tant leur situation économique les incite à croire que c’est la survie de leur profession qui est en jeu.

Ils souffrent tout particulièrement de la crise économique car même quand le prix du marché connait une reprise, le prix du fret à la tonne ne cesse de subir une baisse vertigineuse autant que brutale. Il est, à ce jour, de 4,80 euros alors qu’il était de 9 euros en 2008. Ils sont dépendants des prix fixés par les courtiers qui condamnent la plupart d’entre eux à travailler à perte.

Ils dénoncent l’absence d’application du Code du domaine public fluvial et de la navigation intérieure, qui précise l’interdiction sous peine d’amende de « pratiquer un prix inférieur au coût de la prestation ». Aucun outil d’évaluation n’existe pour estimer s’ils travaillent à perte. Pour y remédier, ils réclament la fixation d’un seuil légal de rentabilité.

Beaucoup songent à céder leur bateau qui est autant un lieu de travail qu’une résidence pour eux et leurs familles. Ils ont l’impression que leur profession est laissée à l’abandon voire sacrifiée par les pouvoirs publics

Cela va à contre-courant de ce que vous avez, vous-même, fixé comme objectif à l’issue du Grenelle de l’Environnement soit 25 % de non routier dans le transport de marchandises d’ici 2012 alors qu’aujourd’hui les trains et les péniches ne transportent respectivement que 10 % et 5 % des marchandises en France.

Par leur action déterminée, en plus de leur situation personnelle, les bateliers, nous alerte sur la menace sérieuse qui pèse sur l’avenir du transport fluvial. Monsieur le Ministre d’Etat, il y a urgence, la situation se dégrade très vite : quels moyens comptez- vous mettre en œuvre pour assurer la sauvegarde de ce secteur déterminant pour les enjeux environnementaux auxquels nous avons à faire face ?

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre d’Etat, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle DEMESSINE Sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères