Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

12 avril 2013

Europerf : Monsieur Montebourg, il faut tout mettre en oeuvre pour sauver ces 86 emplois

Suite à la liquidation judiciaire de l’entreprise de conditionnement de parfum Europerf, les 86 salariés du site dunkerquois sont sur le point de perdre leur emploi. Michelle Demessine sollicite l’intervention d’ Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif, pour sauver ces emplois.

Monsieur le Ministre,

Je tiens à attirer votre attention sur la situation de l’entreprise, « Europerf » située à Wormhout, dans le Nord.

Dans les années 90, cette entreprise employait 350 salariés, conditionnait plus de 100 000 flacons par jour, comptait parmi les 4 premiers conditionneurs français de parfum et mettait son savoir-faire à disposition de grandes enseignes comme Lancaster ou Nina Ricci.

Cependant, pour faire face à des difficultés financières croissantes dans les années 2000, ce site a procédé à deux plans sociaux, en 2002 et 2005, faisant réduire l’effectif de l’entreprise à 86 salariés.

Après ces épisodes sociaux douloureux, les salariés restants croyaient vivement en la pérennité de leur site de production aux fruits d’espoirs entretenus par la direction de l’entreprise qui clamait, en juin 2012 la bonne santé financière de l’entreprise au sortir d’un premier redressement judiciaire.

Ces 86 salariés ont donc été très surpris, le 28 février dernier, à l’annonce de la demande de redressement judiciaire de l’entreprise Europerf auquel a donné droit le tribunal de commerce de Paris, le 15 mars.

Cette décision est une conséquence directe de la décision du groupe Parour de cesser toute collaboration avec Europerf dont elle était le principal actionnaire et client.

Devant l’absence totale de dialogue social et le savant maintien dans l’ignorance des représentants syndicaux quant au sort de l’entreprise, les salariés sont rentrés dans une phase de colère légitime qui s’est matérialisée par un mouvement de grève à présent levé.

Les salariés souhaitent avant tout conserver leur emploi et il ne faudrait pas que leur colère tourne au désespoir au sein d’une région qui a déjà perdu près de 10 000 emplois industriels en 5 ans.

Pour ce faire, je vous prie donc de bien vouloir mettre en œuvre tout ce qui est en votre pouvoir pour trouver un repreneur et sauver ces emplois au risque, par ailleurs, que la prédominance française dans le domaine de l’industrie du luxe ne s’étiole encore.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle DEMESSINE Sénatrice du Nord



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères