Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

26 septembre 2008

Crise financière : un débat est urgent

L’annonce, par le gouvernement américain, après la faillite de plusieurs établissements de crédit et la nationalisation d’institutions spécialisés dans le crédit immobilier, d’un vaste plan de nationalisation des créances financières douteuses constatées (pour près de 1 000 milliards de dollars !) montre à l’évidence que la crise financière internationale revêt, en cet automne 2008, une gravité et une importance toutes particulières.

L’étroite intégration des marchés financiers de chaque pays développé a d’ores et déjà conduit des établissements bancaires français à annoncer des pertes importantes ou à procéder à des recapitalisations élevées.

A la Société Générale, au Crédit Agricole ou chez Natixis, ces mesures, sans surprise, s’accompagnent de plans sociaux, liquidant plusieurs centaines d’emplois qualifiés, dans la seule perspective du redressement de la rentabilité des titres !

Les particuliers ressentent d’ores et déjà les effets de ces mesures : les taux d’intérêt remontent, et les prêts sont de plus en plus difficilement accordés, notamment sur l’immobilier où le volume des ventes est en baisse sensible, entraînant fermetures d’agences et réduction de l’activité du secteur du bâtiment.

Le Gouvernement doit la vérité aux Français sur l’ensemble de la situation et la réalité de la crise financière dont il est faux de dire qu’elle est sans conséquences sur notre économie. La faiblesse de la croissance en Europe cette année et celle annoncée pour 2009 le montrent suffisamment !

Dès le 7 février 2008, les parlementaires du groupe Communiste Républicain et Citoyen avaient déposé une question orale avec débat sur l’avenir du secteur financier, suite, entre autres, à la révélation de l’affaire de la Société Générale.

Jusqu’ici, le Gouvernement comme la majorité de droite du Sénat se sont toujours opposés à l’inscription de ce débat à l’ordre du jour des travaux de notre Assemblée. Ils viennent de rejeter une telle demande formulée par les députés communistes. Au moment où l’on prétend renforcer les droits du Parlement, la situation exige l’inscription immédiate de ce débat à l’ordre du jour du Sénat.


AUTRES ARTICLES :


-

Les élus communistes ont pris au mot le slogan du Président de la République et organisé, au mois d’octobre dernier, une grande Marche pour l’Emploi. Objectif : déposer son CV à l’Élysée ! Car pour “travailler plus pour gagner plus” il faut d’abord du travail.

-

Un LBO est une opération de rachat d’entreprise de type spéculative dont l’unique objectif vise à dégager une rentabilité financière extrême puis à revendre la société avec une forte plus-value à de nouveaux spéculateurs.

-

Les privatisations et les déréglementations sectorielles des marchés de l’énergie, des télécommunications, des services postaux et des transports, impulsées par l’Europe, ont fait pénétrer le marché dans le champ de ces services essentiels…

-

Un nombre croissant d’entreprises françaises fait fabriquer ses produits dans les pays à faible coût de main-d’oeuvre. Tous les secteurs sont concernés, y compris le tertiaire. Cinq millions d’emplois sont ainsi menacés en Europe…

-

Le diagnostic de la HALDE (haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) est édifiant : taux de chômage de plus de 30%, emploi précaire et peu qualifié, déroulement de carrière quasi nul, refus d’aménagement des postes et fortes inégalités salariales. -

A la demande du groupe Communiste, c’est tenu un débat au Conseil de la Communauté Urbaine de Lille, pour engager une réflexion autour de la stratégie économique de la métropole lilloise ?




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères