Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

1er juillet 2011

Michelle Demessine invitée de la semaine du journal l’Humanité, vendredi : égalité homme-femme, un pari sacrément sportif

Michelle Demessine est toute cette semaine, l’invitée de la semaine de "l’Humanité" dans une chronique que vous retrouverez dans les colonnes du Journal. Vendredi, elle traite de l’égalité entre les hommes et les femmes dans le sport.

Combien sommes-nous à pouvoir citer l’évènement planétaire programmé le 17 juillet prochain à Francfort ? Et pourtant il s’agit rien moins que de la finale de la Coupe du monde de football, féminin certes. Pourquoi, alors qu’elle fête son 20e anniversaire, cette épreuve reine organisée par la FIFA demeure t-elle si méconnue ?

L’explication est dans doute à chercher dans le peu d’intérêt que la France manifeste à l’égard du sport féminin. Sauf revirement de dernière minute, tous les matchs de notre équipe nationale seront retransmis sur des chaînes privées. La première rencontre des footballeuses allemandes a rassemblé, elle, jusqu’à 18 millions de téléspectateurs sur la chaîne de télévision publique ARD. Il s’agit donc bien d’un problème culturel que le décret du 24 décembre 2004 entérine. Celui-ci dresse la liste des 21 évènements sportifs d’importance majeure où sont largement sous représentées les filles.

L’association Femmes solidaires a d’ailleurs lancé une pétition pour que soit retransmis à la télévision autant d’évènements sportifs masculins que féminins. Vice-présidente en charge des sports à la communauté urbaine de Lille, présidente départementale de l’association Femmes solidaires jusqu’en 1990, je m’associe pleinement à cette démarche. Je le vois dans le Nord, le manque de médiatisation prive les clubs féminins de reconnaissance et complique leur financement.

Mais au-delà de l’aspect sportif, c’est le combat pour les femmes qui continue. La pratique sportive contribue au développement d’une culture de l’égalité entre les hommes et les femmes, mais elle ne doit pas faire oublier l’accès à l’éducation, la formation, le salaire, la place faite aux femmes dans l’accès aux responsabilités politiques et économiques … Ou dans l’encadrement des clubs sportifs. En 2009, 11,1% des entraî¬neurs natio¬naux et 5% des directeurs techniques nationaux (DTN) étaient des fem¬mes. Le sport demeure un vaste chantier où tout reste à faire pour que les femmes conquièrent leur place légitime.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères