Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

5 novembre 2014

Retraites : coup de force de la droite sénatoriale contre la prise en compte de la pénibilité

Lors du débat sur le projet de loi dit de simplification de la vie des entreprises, la droite sénatoriale a fait adopter par le Sénat des amendements de suppression du compte personnel de prévention de la pénibilité. A partir du 1er janvier 2015, ce compte doit permettre aux salariés exposés à des conditions de travail réduisant l’espérance de vie de bénéficier de trimestres de retraites supplémentaires.

Avec mes collègues du groupe communiste républicain et citoyen, nous avons vivement réagi à ce coup de force.

En effet, depuis des mois et des mois, le lobbying patronal, MEDEF en tête, ne cesse de faire pression sur le gouvernement pour obtenir la mise à mort du compte pénibilité. Tout en dénonçant ce chantage, le gouvernement a reculé en renvoyant au 1er janvier 2016 la mise en place de six critères de pénibilité sur 10 et en décidant des seuils de pénibilité très restrictifs.

Pourtant les questions de santé au travail sont communément déjà fortement sous-estimées. Ainsi on parle de 10 000 à 40 000 cancers professionnels par an.

Nous regrettons donc fortement que le gouvernement diffuse depuis quelques temps un discours de remise en cause de notre modèle social qui donne prise à ce genre de propositions de la droite.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères