Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

9 septembre 2013

Réforme des retraites : soutien aux manifestations de demain

La réforme des retraites, telle que présentée par le Premier Ministre, s’inscrit dans la continuité des réformes imposées aux salarié-e-s et aux jeunes depuis plusieurs décennies.

Pour la pénibilité, les retraites des femmes, des apprentis et jeunes en formation, des salariés aux carrières heurtées et des salariés agricoles, des mesures positives qui sont autant d’exigences syndicales de longue date sont prévues pour corriger les inégalités existantes. C’est la preuve que la pression sociale engagée et les mobilisations prévues sont utiles.

Néanmoins, alors que les besoins de financement sont réels pour assurer l’équilibre des comptes sociaux et avec lui l’avenir de notre système de retraite solidaire et par répartition, le gouvernement actuel continue de faire peser la quasi-totalité des efforts sur les salariés eux-mêmes en allongeant la durée de cotisation.

Or, cette mesure n’est pas neutre et se traduira pour beaucoup de nos concitoyen-ne-s qui ne peuvent plus travailler, soit pour des raisons physiques, soit parce qu’ils ont été exclus du monde du travail – ce qui est particulièrement vrai pour les salariés de plus de 50 ans – par l’imposition de décotes qui diminueront méthodiquement le montant des pensions et plomberont le pouvoir d’achat des retraités.

Cette solution est également désastreuse pour les jeunes, dont le Président de la République avait pourtant annoncé durant sa campagne présidentielle, vouloir en faire sa priorité. En raison de leur entrée tardive sur le marché du travail et si la réforme Ayrault-Touraine devait être adoptée, l’âge réel de départ à la retraite devrait plutôt avoisiner les 65 ou 67 ans, fermant ainsi la porte au droit pour toutes et tous à partir à la retraite à 60 ans et au taux plein.

Pourtant, afin d’assurer l’avenir de notre système de retraite, d’autres voies que l’austérité imposée par le MEDEF et l’Europe sont possibles, comme la taxation des revenus financiers qui, aujourd’hui encore, échappent au financement des retraites et ne servent qu’à spéculer, y compris en détruisant l’emploi.

C’est pourquoi, nous soutenons les manifestations qui se dérouleront, demain, pour exiger une autre réforme des retraites.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères