Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

9 juin 2016

Pour le retrait de la loi Travail et pour un nouveau Code au service des salariés

Avec les sénatrices et les sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen (CRC) nous nous préparons à porter dès le 13 juin dans l’hémicycle du Sénat l’opposition d’une grande majorité de la population à la loi Travail.

Nous avons déposé 402 amendements sur un total de 985, ainsi qu’une question préalable proposant le rejet global du texte et une exception d’irrecevabilité afin de démontrer la violation flagrante des dispositions du préambule de 1946 favorables aux travailleurs, principes et partie intégrants de la Constitution.

Ils dénoncent la manœuvre gouvernementale qui, utilisant les propositions provocatrices d’une droite revancharde en pleine primaire, tente désespérément de se prévaloir du progrès social.

Non ! Le projet de loi Travail présenté à l’Assemblée nationale, adopté à la hussarde par le 49-3 est un texte de profonde régression sociale.

Le point crucial de ce recul historique c’est l’inversion des normes comprise dans l’article 2 du projet de loi qui permet la conclusion d’accord d’entreprise moins favorable que la loi ou des accords de branche.

Le progrès social serait donc la soumission du salarié seul face au patronat dans un rapport totalement déséquilibré.

Affirmer cela relève de la tromperie.

Le jusqu’au-boutisme de la droite qui n’attendait pas un terrain si favorable ne doit pas effacer cette trahison fondamentale des valeurs de justice sociale portée par ce dangereux projet.

Avec les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste Républicain et Citoyen, nous mettrons toute notreforce dans la bataille pour accompagner le mouvement pour le retrait. Nous appelons chacune et chacun à participer en portant : #LeSenatEstavous.

Ensemble, nous pouvons gagner.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères