Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

1er décembre 2014

La République reconnaît enfin le préjudice des mineurs grévistes de 1948 et 1952 !

Le Sénat vient d’adopter dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2015 un amendement qui reconnaît enfin la responsabilité mémorielle de la République dans l’injustice des licenciements des mineurs grévistes de 1948.

Alors que les mineurs concernés n’ont cessé de se battre pour la reconnaissance du préjudice moral et pour leur réhabilitation, c’est à l’occasion du débat sur leur proposition de loi d’amnistie des délits commis à l’occasion d’activités syndicales et revendicatives que les sénatrices et sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen ont réussi à mettre cette reconnaissance au cœur du débat public.

La reconnaissance mémorielle de ces préjudices soixante ans plus tard par la République est une première victoire pour les mineurs ! Le gouvernement ne devra pas se contenter de l’ouverture d’un droit à réparation symbolique mais d’une réparation à la hauteur du préjudice subi durant toutes ces années.

Avec mes collègues sénatrices et sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen, nous avons été depuis le départ aux côtés des associations et avons voté favorablement cet amendement visant à rétablir l’honneur de la France et l’honneur de ces mineurs, grévistes licenciés, dégradés de leur titre militaire et dont la vie a été injustement gâchée.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères