Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

7 décembre 2016

L’abrogation de la loi Travail : un choix de société en débat au Sénat le 11 janvier prochain

Avec les sénatrices et les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, Michelle Demessine a déposé une proposition de loi d’abrogation de la loi Travail, qui vient d’être inscrite dans l’espace qui leur est réservé à la séance du 11 janvier prochain.

Avec les sénatrices et les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, Michelle Demessine a déposé une proposition de loi d’abrogation de la loi Travail, qui vient d’être inscrite dans l’espace qui leur est réservé à la séance du 11 janvier prochain. Cette loi, imposée à coup de 49-3 au printemps dernier et par une mobilisation policière hors norme contre le mouvement social, demeure rejetée par une majorité de l’opinion publique et sa mise en application progressive par décret démontre, semaine après semaine, les coups d’une exceptionnelle gravité portés contre le monde du travail, les salariés et leurs organisations syndicales. Cette loi de casse du droit du travail, cette loi de soumission aux desideratas du Medef, est l’un des points clef du bilan de François Hollande et de son premier ministre Manuel Valls. Elle figure au tableau du déshonneur de ce quinquennat aux côtés de la loi Macron, du CICE, de la ratification du Traité budgétaire ou du projet de déchéance de la nationalité. L’heure est, à la veille d’importantes échéances électorales, au projet, aux choix de société. Michelle Demessine, avec les sénatrices et les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, estime que l’abrogation de cette loi travail constituerait un marqueur essentiel de rupture avec la démarche libérale qui a prévalu ces dernières années. C’est pourquoi ils proposent de débattre le 11 janvier de cette proposition de loi qui permettra à chacun de prendre ses responsabilités pour l’avenir.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères