Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

7 janvier 2007

Michelle Demessine est signataires de l’appel lancé par Handicap International conte la production de bombes à sous-munitions

Fidèle à son engagement en faveur du handicap, Michelle Demessine compte parmi les premiers signataires de l’appel solennel lancé par Handicap International au gouvernement français et aux candidats à l’élection présidentielle.

Cet appel demande que la France cesse la production de bombes à sous-munitions, détruise ses stocks et rejoigne ceux qui veulent l’interdiction de cette arme responsable de désastres parmi les populations civiles.


Cet appel fait écho à la proposition de loi, que j’ai présenté avec le groupe communiste du sénat, tendant à élargir le champ d’application du dispositif de contrôle et d’interdiction des mines antipersonnel.


EXPOSÉ DES MOTIFS

En 1997, une prise de conscience internationale sans précédent, due au travail de sensibilisation de certaines organisations non gouvernementales et à la volonté des gouvernements de nombreux pays, a permis d’aboutir à Ottawa à l’adoption d’une Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel ainsi que sur leur destruction.

En 1980, la Convention de Genève prévoyait déjà de limiter ou d’interdire l’emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou frappant sans discrimination civils et militaires.

C’est en s’appuyant sur ces textes fondamentaux que le Parlement a voté la loi n° 98-564 du 8 juillet 1998 tendant à l’élimination des mines antipersonnel et créant une Commission nationale (CNEMA) à cette fin.

Bien que les mines antipersonnel soient désormais interdites par la communauté internationale et dans notre pays, les progrès technologiques ont malheureusement fait apparaître des systèmes d’armes voisins tout aussi meurtriers et pernicieux.

Il s’agit de bombes à fragmentation de nouvelle génération, composées d’un conteneur principal qui libère en l’air plusieurs centaines de petites bombes sur une large zone explosant au contact du sol. Or, cette catégorie d’armes, appelées bombes à sous-munitions, pourtant très efficaces au plan militaire, connaissent des dysfonctionnements puisque 5 à 30 % d’entre elles n’explosent pas. Elles se transforment alors en ce qu’il est convenu d’appeler des « restes explosifs de guerre ».

Ces armes fonctionnent de fait comme des mines antipersonnel et ont les mêmes effets meurtriers sur les populations civiles.

Actuellement, les bombes à sous-munitions ne sont interdites par aucun instrument juridiquement contraignant car elles n’entrent pas dans le champ d’application et de définition de la Convention d’Ottawa ni dans la loi du 8 juillet 1998.

Cette question a été abordée lors du Sommet de Nairobi et a donné lieu à des débats très vifs portant notamment sur la définition des mines antipersonnel. Ce débat récurrent a une nouvelle fois opposé les représentants des États et les ONG qui considèrent qu’une mine doit être définie en fonction de ses effets et non pas uniquement au regard de sa conception.

Le gouvernement français se satisfait de ce statu quo. Il considère en effet que les mines autres que les mines antipersonnel font l’objet de négociations spécifiques dans le cadre de la Convention de Genève, cet accord multilatéral complétant suffisamment à ses yeux la convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel, et couvrant un large éventail de munitions non explosées et abandonnées.

Nous pensons, pour notre part, qu’il faut rapidement sortir de cet imbroglio juridique et diplomatique qui fait encore de nombreuses victimes de par le monde. Notre pays s’honorerait d’être à l’initiative en montrant le chemin d’une interdiction internationale authentique et efficace. Une initiative du Parlement français représenterait un message fort en direction de l’opinion internationale et contribuerait incontestablement de façon positive à la conclusion d’un accord multilatéral sur les bombes à sous-munitions.

Récemment, le Sénat australien, les Parlements du Danemark et de Norvège, et fin 2004, le Parlement européen, ont tous souligné le danger représenté par ces armes et la nécessité d’agir pour les interdire. Les deux Chambres allemandes et le Sénat italien se sont également préoccupés du sujet et le Sénat belge a adopté, le 7 juillet dernier, une proposition de loi interdisant les bombes à sous-munitions.

Aussi proposons-nous d’élargir, dans la loi du 8 juillet 1998, le champ des interdictions visant les mines antipersonnel à des armes ne répondant pas stricto sensu à la définition de la Convention d’Ottawa mais qui sont assimilables à ces mêmes mines du fait de leur mode de déclenchement.

Par voie de conséquence, il convient également d’élargir les compétences et les missions de la Commission nationale pour l’élimination des mines antipersonnel. Sous le bénéfice de ces dispositions, nous vous demandons de bien vouloir adopter la proposition de loi suivante.

Dossier Handicap

AUTRES ARTICLES :

-

Deux ans après l’adoption de la loi du 11 février 2005, le constat est amer : malgré quelques avancées dans l’accessibilité et la reconnaissance d’un droit à compensation, les personnes handicapées sont toujours contraintes à l’assistance tandis que la scolarisation des enfants handicapés reste un échec…

-

Le centre CAMUS, structure spécialisée dans la prise en charge des enfants autistes via la méthode ABA (Analyse Comportementale Appliquée), était depuis plusieurs mois menacé de fermeture…

-

Le dimanche 24 juin à eu lieu une grande marche organisée par l’association pour la défense des droits à la scolarisation des enfants handicapés : "C’est mon école à moi ausi" A cette occasion, l’association a lancé un grand appel à temoin...

-

Grâce à la bonne volonté des enfants, un après-midi festif était organisé, le samedi 9 juin, au stade Léo-Lagrange de Ronchin, au profit de l’association aubersoise "Pour le sourire de Jeanne"…

Tous mes liens sur le handicap

Liens




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères