Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

28 octobre 2008

Autisme, le centre Camus de Villeneuve d’Ascq ne fermera pas !


Le centre CAMUS, structure spécialisée dans la prise en charge des enfants autistes via la méthode ABA (Analyse Comportementale Appliquée), était depuis plusieurs mois menacé de fermeture. Le 28 août dernier, lors d’une ultime réunion, l’association Pas à Pas et [Michelle DEMESSINE|Portrait->rub 1] ont obtenu du préfet de région Daniel Canepa un agrément de 2 ans, "à titre expérimental". Le centre Camus pourra donc effectuer sa rentrée le 10 septembre.


L’ABA est une méthode largement répandue en Europe, surtout en Belgique, qui permet aux enfants atteint de trouble du comportement et notamment d’autisme de réaliser des progrès très significatifs par une prise en charge véritablement éducative, individualisée et évolutive.

Développée en France par des chercheurs de l’Université de Lille 3 dont le Professeur en psychologie du développement, Jean Claude Darcheville et le Docteur Vinca Rivière Maître de conférence en Psychologie, L’ABA est encore peut répandue dans l’hexagone qui privilégie encore largement les traitements psychiatriques.

Afin de promouvoir cette méthode, parents et chercheurs se sont réunis au sein de l’association Pas à Pas. Alors que le nombre de familles en attente de ce type d’approche ne cesse d’augmenter, l’association, aujourd’hui reconnue d’intérêt général, a fondé en 2004 le centre Camus à Villeneuve d’Ascq, véritable structure professionnelle capable de répondre au mieux aux besoins d’accompagnement des enfants et des familles.

Mais le type d’organisation proposée par l’association ne correspond pas aux critères de financement et d’accréditation institutionnels en vigueur en France, le centre est fréquemment menacé de fermeture.

C’est pourquoi l’association Pas à Pas, épaulée par les familles et la sénatrice [Michelle DEMESSINE|Portrait->rub 1] tente de faire reconnaître cette « école ABA » comme structure expérimentale afin de pérenniser cette première unité qui accueil déjà 6 enfants pour ensuite s’étendre à un public plus large.


JPEG - 416.6 ko
Laurence Allosserie (mère de la petite Victoire), Caroline Depasse-Neltner (mère du petit Jean - 5 ans), Jean-Claude Darcheville (président du collectif), Michelle Demessine et Vinca Riviere ( responsable du centre CAMU) devant la préfecture du Nord le 28 Août 2007.

Des rencontres au Ministère de la santé ont permis d’informer et de sensibiliser les services de l’Etat. Réticences, coups de freins... Néanmoins le dialogue a pu reprendre avec la préfecture de Région. Et la dernière rencontre du mardi 28 août 2007 a permis d’aboutir !

Le préfet a accepté de délivrer un agrément de 2 ans, à titre expérimental. Le centre Camus pourra donc ouvrir ses portes le 10 septembre.

En outre l’association, en partenariat avec un expert national désigné par le secrétariat d’Etat à la Solidarité, a été chargée de définir un cahier des charges, base d’un futur cadre juridique.

Enfin, le préfet a promis le déblocage d’un million d’euros pour financer la structure ainsi que l’encadrement des enfants pour ceux qui bénéficient du traitement à l’école. Au cours des deux ans, les effets de la méthode feront l’objet d’une évaluation extérieure.

Fancis Perrin, parrain de l’association Pas à Pas, consacre désormais l’essentiel de son énergie à promouvoir la méthode ABA. Pour accompagner son fils, Louis, scolarisé à Villeneuve-d’Ascq et suivi par l’équipe de Vinca Rivière, le comédien a récemment déménagé en famille dans le Nord.

-


Dossier Handicap

AUTRES ARTICLES :

-

Deux ans après l’adoption de la loi du 11 février 2005, le constat est amer : malgré quelques avancées dans l’accessibilité et la reconnaissance d’un droit à compensation, les personnes handicapées sont toujours contraintes à l’assistance tandis que la scolarisation des enfants handicapés reste un échec.

-

Le dimanche 24 juin à eu lieu une grande marche organisée par l’association pour la défense des droits à la scolarisation des enfants handicapés : "C’est mon école à moi ausi" A cette occasion, l’association a lancé un grand appel à temoin...

-

Grâce à la bonne volonté des enfants, un après-midi festif était organisé, le samedi 9 juin, au stade Léo-Lagrange de Ronchin, au profit de l’association aubersoise "Pour le sourire de Jeanne".



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères