Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

16 février 2017

L’Etat doit intervenir pour faire reconnaitre la faute inexcusable d’EDF pour exposition à l’amiante

Alors que la direction d’EDF avait reconnu en 2004, la faute inexcusable pour exposition à l’amiante et s’était engagée de ne pas faire appel des décisions de condamnation de l’entreprise suite à un recours des salariés, la nouvelle direction a décidé de faire appel des décisions des Tribunaux des Affaires de Sécurité Sociale.

Ce revirement de position de la direction d’EDF est incompréhensible et injuste pour les victimes de l’amiante qui pourraient voir la durée de leur procédure augmenter et les indemnités réduire selon les juridictions.

Le 25 janvier 2017, près de 600 manifestants s’étaient rassemblés devant le tribunal de Bordeaux à l’appel du Collectif de Défense des Victimes de l’Amiante du Grand Sud-Ouest pour dénoncer ce revirement de décision de la part d’EDF.

Nous demandons à l’Etat, actionnaire majoritaire d’EDF, de prendre ses responsabilités en prenant position clairement en faveur de la reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur pour les contaminés de l’amiante et faire revenir l’actuelle direction d’EDF à l’engagement initial de l’entreprise consistant à « ne plus faire appel de toute décision des Tribunaux des Affaires de Sécurité Sociale concernant les contentieux de faute inexcusable ».

A nouveau, j’apporte mon soutien aux militants de la CGT mobilisés en faveur de la reconnaissance de la responsabilité d’EDF envers les malades de l’amiante.



Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères