Michelle Demessine

Sénatrice du Nord

20 mars 2008

Adieu ADAVAMAS, bienvenue au CAPRA et à plus de prévention

L’acronyme n’est pas encore connu. Celui de l’association dont il émane l’est bien plus. Après sept ans d’action en faveur des victimes de l’amiante, l’ADAVAMAS devient le Collectif d’accompagnement et de prévention des risques amiante et monte à Roubaix une véritable « plate-forme » de prise en charge des malades et de ceux qui ont été exposés au matériau cancérigène.

PAR MARC GROSCLAUDE - Voix du Nord


En parallèle au déménagement (le local de Lys-lez-Lannoy n’était plus adapté), ce changement de nom, célébré mardi soir au cours d’une réception à laquelle une centaine de personnes a pris part, résume bien « la dimension que nous voulons donner à l’association », insiste Jacques Deshayes, le président du CAPRA. Il rappelle que la directrice, Ghislaine Plé, et les membres peuvent « être fiers » de ce qui a été fait pour la population face à l’amiante.

Le dernier fait de gloire (avoir contribué, avec les anciens salariés de l’ex-usine Stein, à la condamnation d’Alstom en appel pour mise en danger d’autrui), ne saurait cacher l’action menée quotidiennement : soutien psychologique (« nous rencontrons de l’anxiété et du désarroi chez de plus en plus de personnes »), accompagnement juridique (pour réclamer une indemnisation devant les tribunaux notamment) et surtout l’appui médical. « Il faut renforcer, grâce au partenariat avec le service de pneumologie de l’hôpital, les missions de suivi et de soin. Ce n’est pas le privé qui le ferait ! », insiste le maire de Roubaix, René Vandierendonck. Car depuis 2006 et la convention signée avec le centre hospitalier de Roubaix qu’il préside, la prise en charge des malades et surtout la prévention se sont grandement améliorés. Avec en particulier le passage de scanners qui sont, rappelle le Dr Barbieux, « le seul moyen pour repérer les atteintes liées à l’amiante ». En quelques années, sur 370 personnes, 100 pathologies liées à l’amiante ont pu être repérées. « Plus elles sont diagnostiquées tôt, mieux on peut les soigner », insiste le pneumologue. Il souligne qu’une telle expertise doit désormais être étendue. Et c’est bien cela l’objet du CAPRA. « On estime qu’au cours des dernières décennies, 270 000 personnes ont été exposées entre Bailleul et Douai. Plus de 80 000 vont développer des pathologies plus ou moins graves », rappelle Ghislaine Plé.

C’est à cette échelle que le CAPRA va désormais déployer ses efforts (si ses moyens suivent) : en informant mieux les personnes qui ont été exposées, grâce à des plaquettes, distribuées à des médecins « qui ne sont pas toujours formés pour repérer les atteintes liées à l’amiante » mais aussi par un site Internet. Prochain cheval de bataille, sortir de l’agglomération roubaisienne et s’attaquer à un secteur d’activité très touché par les problèmes d’amiante, le bâtiment. « Dans le BTP, l’amiante est un sujet d’inquiétude car on est concernés au premier chef », rappelle Maurice Mamelin, président régional de la mutuelle du BTP, qui devient un des partenaires du CAPRA. Il lui fera une place lors du salon Nord Bat, en avril à Lille. Dans ce domaine, avec les quantités de matériaux qui ont été dispersées dans les bâtiments, « le risque amiante va perdurer pendant des décennies et son ampleur serait sous-estimée », prévient Ghislaine Plé.

Voir le site de l’association

AUTRES ARTICLES :

Proposition de loi pour améliorer la santé au travail des salariés et prévenir les risques professionnels

Notre système de production soumis à la logique de financiarisation extrême de l’économie libérale conduit à une véritable mise en danger des hommes et des femmes au travail de notre pays…

Appel contre la « FRANCHISE » sur les soins, l’assurance maladie solidaire en danger  !

En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc…

Analyse du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2008

Le PLFSS 2008 s’inscrit dans l’accélération sans précédent de la politique antisociale du gouvernement. Il constitue le deuxième étage de la fusée, le troisième étant attendu pour l’après municipales ! C’est un budget d’attente.

Mission d’information sur l’amiante : Contribution de Michelle DEMESSINE

L’ampleur du désastre et l’absence de mesures en faveur d’une réelle politique de prévention de la part des entreprises comme de l’Etat, nous autorisait à attendre de cette mission un éclairage sans faille sur ce qu’il faut bien qualifier de crime sociétal, mais également des propositions fortes de transformation de notre système de santé au travail.

Dossier Santé

Dossier Santé




Augmenter la taille des caractères Diminuer la taille des caractères